Le petit lecteur

6 minutes de lecture - Une vie

Résumé d'Une vie par chapitres

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Une vie ⚠️

Une vie de Guy de Maupassant

Chapitre 1

Le récit s’ouvre en 1819. L’héroïne, Jeanne est la fille unique et très gâtée d’une famille de hobereaux, le baron Simon-Jacques Le Perthuis des Vauds et la baronne Adélaïde. Elle sort du couvent, à 17 ans, après avoir terminé ses études. Elle persuade ses parents de s’installer dans leur château des Peuples, près d’Yport en Normandie.

Chapitre 2

Jeanne est sensible et rêveuse. Elle a tout pour être heureuse : l'éducation, la fortune et la beauté. Elle l’est en effet, au départ. Elle est protégée par l’affection de sa famille. Elle aime particulièrement son père. Mais elle rêve au grand amour, au mari qu’elle épousera.

Chapitre 3

Elle rencontre le vicomte Julien de Lamare, un de leurs voisins, que le curé leur a présenté. C’est un jeune homme qui veut relever sa fortune. Jeanne tombe sous son charme, il est attentionné à son égard. Son bonheur est complet.

Chapitre 4

C’est le temps des fiançailles et des promenades, chaperonnées par la tante Lison, une vieille fille au cœur tendre. Puis, vient la fête du mariage. Cependant, Jeanne ne connaît rien de la vie. Sa mère n’a pas us lui en parler et la nuit de noces est pour elle d’une brutalité insoutenable.

Chapitre 5

Lors de sa lune de miel en Corse, Jeanne découvre la ladrerie de son mari. Lui ne comprend pas sa pudeur et sa timidité. Commençant à le percer à jour, la jeune femme s'éloigne un peu de lui. C’est pourtant là que la jeune femme connaît sa première nuit d’amour. Le voyage est pour elle une véritable lune de miel. Mais il s’achève sur une fausse note : Julien a mis la main sur la fortune de Jeanne et entend la gérer à sa façon. Il ne lui alloue que des petites sommes. Elle n’ose protester et se soumet.

Chapitre 6

De retour aux Peuples, les deux époux font chambre à part, sur décision de Julien. Leur vie à deux commence tristement. Les parents sont repartis à Rouen. Jeanne comprend qu’elle a épousé un homme sans finesse, uniquement intéressé par son argent et capable de violence. Ce n'était pas celui que son cœur attendait.

Chapitre 7

Une vie d’ennui commence. Soudain, intervient l’accouchement inattendu, pour Jeanne, de sa femme de chambre Rosalie. Une affection profonde lie les deux femmes qui furent sœurs de lait. Julien est prêt à mettre la fille-mère dehors, alors que Jeanne ne peut s’y résoudre. Elle finit par apprendre que son mari est l’amant de Rosalie, depuis l'époque de leurs fiançailles. La nouvelle la rend gravement malade et elle découvre qu’elle aussi est enceinte. Ses parents, informés, viennent à son chevet. Passée la première colère contre Julien, ils la convainquent de ne pas quitter son mari.

Chapitre 8

La grossesse de Jeanne est pénible et elle accouche d’un enfant prématuré, Paul, à qui elle voue sa vie. Pendant ce temps, son mari vit sa vie. Il fréquente des hobereaux du voisinage, les Fourville. Rosalie, de son côté, est munie d’une dot et mariée à un fermier. Les parents de Jeanne s’assurent que les choses sont bien faites à cet égard.

Chapitre 9

Jeanne fréquente aussi les Fourville et elle découvre, sans grande surprise, que Julien est devenu l’amant de Gabrielle de Fourville. Sa mère a bien vieilli et elle meurt, ce qui cause un grand chagrin à Jeanne. Cette peine est renforcée par la découverte, à la lecture des lettres de la baronne, que celle-ci avait un amant. Jeanne ne sait plus à qui se fier, son monde achève de s’effondrer.

Chapitre 10

Avec l’aide du vieux curé, Jeanne ruse pour obtenir un deuxième enfant de son mari. Un nouveau curé remplace celui à qui Jeanne pouvait tout confier. L’abbé Tolbiac est inflexible et intolérant. Ayant appris que Julien la trompe avec une femme mariée, il lui demande d’intervenir. Jeanne ne pouvant s’y résoudre, le curé se tourne alors vers le mari cocufié. Celui-ci n’hésite pas. Sa jalousie est telle qu’il tue les amants : dans une crise de rage, il pousse, du haut d’une falaise, la roulotte qui abrite les amours de Julien et son amante. Ces derniers meurent de façon atroce, fracassés sur les galets. Jeanne est veuve. Le choc lui cause une fausse-couche.

Chapitre 11

Jeanne vit assez retirée avec son père et son fils. Elle n’a plus qu’eux deux à aimer. Elle gâte outrageusement son fils et est faible avec lui. Elle refuse de s’en séparer pour qu’il aille à l'école. Le baron, qui tentait de l’instruire, finit par la convaincre de l’envoyer au collège du Havre, à l'âge de quinze ans. Ce sont des années tristes pour Jeanne, qui ne vit que pour attendre les vacances. Paul ne rend pas à sa mère tout son amour. Elle en a fait un être sans morale et sans reconnaissance. Il ne travaille guère en classe et accumule les dettes de jeu que sa mère doit payer. Il finit par s’enfuir à Londres avec une jeune fille. Depuis l’Angleterre, Paul ne cesse de réclamer de l’argent et il ruine sa mère qui se voit contrainte d’hypothéquer les Peuples, son domaine adoré. Le père de Jeanne meurt brusquement, miné par cette ruine. Jeanne se retrouve seule. Elle se retourne vers Rosalie, sa seule amie. Rosalie n’a pas si mal réussi sa vie : son fils est bon avec elle et elle est assez riche.

Chapitre 12

Rosalie s’installe avec Jeanne et, avec bon sens, elle prend en main les affaires de sa maîtresse. Elle convainc Jeanne de vendre les Peuples et de déménager pour une petite maison bourgeoise. Jeanne a du mal à se séparer de ses souvenirs, mais elle se résigne, faisant confiance à Rosalie.

Chapitre 13

Jeanne apprécie sa nouvelle maison. Elle est ravie d’avoir à nouveau de l’argent, acquis par la vente des terres. Rosalie la force à ne pas envoyer tout l’argent qui lui reste à son fils. Mais la présence de la mer et Paul lui manquent trop. Jeanne entre dans une profonde mélancolie. Elle se rend à Paris pour dissuader son fils de se marier. Elle ne le trouve pas mais apprend qu’il est toujours endetté. Elle est perdue et ne sait que faire. Seule une lettre de Rosalie la ramène en Normandie.

Chapitre 14

La mélancolie perdure et s’aggrave. Jeanne vit dans ses souvenirs. Elle retourne aux Peuples, pour une visite à la maison vide. Là encore, c’est Rosalie qui la rappelle au présent. Puis une lettre de Paul lui apprend qu’il a une fille dont la mère vient de mourir. Jeanne ramène cette enfant en Normandie, et avec ce bébé, elle reprend goût à la vie.