Le petit lecteur

3 minutes de lecture - Le Misanthrope

Etude de la scène d'exposition, acte I, scène I

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Le Misanthrope ⚠️

Comme toute scène d’exposition au théâtre, la scène I de l’acte I a plusieurs fonctions a remplir. Nous nous intéresserons donc à la scène d’exposition du “Misanthrope” de Molière et nous nous demanderons si cette dernier joue bel et bien son rôle.

Une des fonctions principales de la scène d’exposition est de présenter les personnages. En ce sens, “Le Misanthrope” respecte la tradition théâtrale de l'époque. Ainsi, le personnage d’Alceste (personnage principal de l’oeuvre) nous est présenté. Il débute la pièce de théâtre par une longue tirade. Sa place dans l’organisation de la pièce est primordiale dans la mesure où il l’ouvre, la débute. Ses paroles ne sont donc pas à prendre à la légère. Certains traits de son caractère apparaissent d’ores et déjà. De cette façon, on peut y voir un personnage sûr de lui, maniant l’art du discours et, surtout, adoptant une philosophie quelque peu cartésienne. En effet, de nombreuses expressions renvoyant au jugement et au doute méthodique sont présentes dans sa tirade.

Une des fonctions principales de la scène d’exposition est d'également de laisser entrevoir les prémices de l’intrigue générale. Là encore, “Le misanthrope” s’inscrit dans cette tradition scénique mais avec une grande modernité. De ce fait, rien n’est annoncé au sujet de l’intrigue. Le personnage principal parle mais le spectateur ignore pour quelles raisons il s’exprime à ce sujet. En réalité, le discours devient la véritable intrigue principale de l’oeuvre “Le Misanthrope”.

Pour ce faire, la longue tirade d’Alceste a été très bien conçue. C’est là une véritable argumentation, un véritable auto-débat. On y trouve une thèse mais aussi une antithèse et, enfin, des arguments pour l’une ou l’autre partie.

Derrière cette idée, une dimension beaucoup plus sérieuse se cache. Ainsi, le personnage d’Alceste semble en proie à une grande solitude. Il ne cesse de rapporter le pronom personnel “je” alors que les autres personnages parlent au pluriel. Dès lors, Alceste semble abandonné, délaissé de tous et incompris par le “genre humain”.

Qui plus est, sous ses allures de comédie, “Le Misanthrope” parle bel et bien dans un sujet sérieux. L’oeuvre propos, en effet, une réflexion sur la vie. La comédie est moraliste et propose des pistes de réflexion au spectateur. De cette façon, le spectateur peut apercevoir les conséquences d’un comportement comme celui d’Alceste. Ainsi, il pourra choisir de se comporter comme lui ou non. La comédie nous met également en garde contre les passions trop animées avec le personnages de Célimène. La juste-mesure est davantage requise. Enfin, le spectateur finit par avoir pitié du misanthrope Alceste et éprouve de l’empathie à son égard malgré tout son ridicule. De cette façon, il est très difficile de prendre partie pour l’une ou l’autre cause et Alceste récolte l’affection du public. Cependant, son malheur et sa souffrance nous invite à ne pas devenir comme lui. La pitié n’est en rien perçue comme un modèle, bien au contraire.

L’acte I, scène I respecte donc la tradition théâtrale d’une scène d’exposition. Cependant, Molière va bien au-delà et propose une scène d’exposition assez moderne non pas par sa forme mais par son fond. En effet, le sujet de l’intrigue principale reste méconnu. Non pas car l’auteur veut le garder pour plus tard mais parce qu’il n’existe pas vraiment ou du moins son sujet n’existe pas vraiment puisqu’il s’agit du discours et du débat d’idées. En ce sens, Molière fait preuve d’une grande modernité et d’un thème très novateur pour son époque. Par ailleurs, grâce à ce dernier, la comédie prend une dimension bien plus sérieuse qu'à l’accoutumée et elle devient un moyen de dénonciation et de réflexion.