Le petit lecteur

3 minutes de lecture - Notre Dame de Paris

Analyse de Notre Dame de Paris

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Notre Dame de Paris ⚠️

Notre Dame de Paris est le chef d’oeuvre, avec les Misérables, de Victor Hugo. Pourtant, ce roman monumental, une somme colossale, a été écrit alors même qu’il n’avait pas trente ans. Au delà du côté romanesque, réussi de bout en bout, il y a beaucoup plus à dire sur ce roman dont les personnages sont encore aujourd’hui connus.

Hugo et le roman historique

Le XIX° siècle est la grande période pour le roman historique. L’intérêt pour la période médiévale naît avec les réflexions de Chateaubriand, Madame de Staël et beaucoup d’auteur vont s’y engouffrer comme Victor Hugo lui-même ou quelques années plus tard Alexandre Dumas. Le chapitre sur le survol de Paris tel qu’on peut le voir du haut des tours de la cathédrale est parfaitement représentatif de cette volonté d’inscrire le roman dans le genre du roman historique. Il prend notamment des libertés avec la véracité historique, comme il est bon ton de le faire à l’époque.

Tout bon roman est un prétexte à la réflexion

Les romans de l’époque se publiaient en feuilleton. Chaque semaine paraissait un nouvel élément de l’histoire et le lecteur patientait jusqu’à la semaine suivante pour avoir la suite. Peut-être cette méthode de publication a t-elle permis de faire des digressions de la part de l’auteur par rapport à l’intrigue générale du roman. Ainsi, on peut noter dans le chapitre “Ceci tuera cela” que Frollo s’intéresse beaucoup à l’imprimerie naissante qui, selon lui, sera le nouveau moyen de diffuser le savoir faire de l’Homme alors même que jusqu’à alors cétait l’architecture qui permettait de le faire. Victor Hugo, écrivain engagé politiquement, ne peut évidemment s’empêcher de parler politique dans son roman. Le principal thème qu’il aborde est bien sûr la préservation du patrimoine historique qui n’était pas une priorité à l’époque. e manque de soin et les restaurations approximatives ont endommagé de nombreux bâtiments, y compris Notre Dame de Paris. Victor Hugo, homme épris de justice, met aussi en avant ses réflexions concernant la justice médiévale en mettant en scène le procès de Quasimodo. Il s’agit en fait d’une parodie de procès car l’accusé comme le juge sont sourds et ne savent rien à l’affaire qu’ils traitent. Victor Hugo reprend aussi le thème abordé dans le dernier jour d’un condamné. Il est un farouche opposant à la peine de mort qu’il voit comme l’ultime barbarie. Il fait une description sans complaisance du gibet place de grève, rappelant donc là son engagement récent dans le dernier jour d’un condamné. Enfin, la politique est aussi abordé sous la forme de la présence de Louix XI dans le roman qui vient discuter incognito avec Frollo d’alchimie.

Le surnaturel dans le roman

Il ne faut pas se méprendre. Si le surnaturel intervient bien dans le roman, il ne se manifeste pas sous la forme de fantômes ou autres. Il faut voir le fantastique dans, par exemple, le personnage de Frollo qui semble presque possédé par le mal. Les personnages, notamment Quasimodo, ou ceux qui craignent la Bohémienne, vivent dans une atmosphère baignée par la peur et les craintes irrationnelles. C’est en cela qu’ils vivent dans une atmosphère de surnaturel et de crainte.

La notoriété du roman

Le roman de Victor Hugo connaît un succès immédiat tant pour lui même que pour la signature de Hugo qui déjà à l’époque est un gage de qualité. Surtout, très rapidement, d’autres auteurs contemporains, comme Gerard de Nerval ou Jules Michelet, admettront que par ce roman la cathédrale est dorénavant indissociable du roman de Victor Hugo. Le roman a connu de tous temps des adaptations plus ou moins fidèles notamment une très célèbre comédie musicale.