Le petit lecteur


6 minutes de lecture - Lucrèce Borgia

Résumé de Lucrèce Borgia de Victor Hugo

Lucrèce Borgia de Victor Hugo : l’histoire d’un monstre changé par son instinct maternel.

Inspiré de l’histoire de Lucrèce Borgia, la fille du pape Alexandre VI, aussi sœur du prélat César Borgia, ce drame en prose de trois actes est une volonté de Victor Hugo de surprendre son public en le représentant au théâtre. Lucrèce Borgia est considérée comme un réel monstre politique, capable de commettre des crimes sans scrupules et de tuer n’importe quelle personne se mettant sur son chemin.

Ce drame met en scène la volonté d’une mère de laver ses péchés et de retrouver un lien avec un fils qui la perçoit comme un personnage tyrannique et manipulateur. Ce résumé de Lucrèce Borgia va donc en témoigner.

Cette pièce fut écrite en 11 jours au total afin de former un ensemble avec un autre drame romantique du même auteur, Victor Hugo, « Le roi s’amuse », qui fut interdit dès le lendemain par sa critique très aiguë de la monarchie et de la noblesse. Lucrèce Borgia est, à l’inverse, un franc succès qui fut joué pendant tout le XIXe siècle, et reste encore à l’heure actuelle une forte inspiration par de nombreux metteurs en scène.

Résumé de Lucrèce Borgia, Acte 1 : Affront sur affront

Dans la première partie du premier acte, la scène se situe en Italie, à Venise, plus précisément à la terrasse du fameux palais vénitien Barbarigo. Victor Hugo nous place à la tombée de la nuit, où un groupe de nobles accompagné de leur capitaine, Gennaro, discute les affaires de la famille Borgia ; en effet, l’une de ces affaires porte sur l’assassinat de Jean Borgia, le frère de Lucrèce Borgia, par son propre frère César, un crime passionnel puisque tous deux étaient fous amoureux de leur propre sœur, ayant eu un enfant de Jean malheureusement disparu. Gennaro perd tout intérêt à l’écoute et finit par s’endormir pendant la narration.

Lucrèce Borgia arrive sur les lieux en contemplant ce dernier puis finit par converser avec Gubetta, son lieutenant qui est connu sous une autre identité par les autres jeunes gens. Alors qu’elle admire Gennaro, Lucrèce est prise d’un instinct maternel qui la transforme et souhaite la libération de personnes arrêtées par la famille Borgia ; son lieutenant lui, ignore qui est Gennaro, et suppose la passion de Lucrèce pour ce dernier.

Il s’éveille et discute avec Lucrèce de sa quête pour trouver sa mère dont il ne connaît pas l’identité, tout en ne connaissant pas celle de Lucrèce. Il assure qu’elle le protège malgré tout et qu’elle l’aime, en lui donnant une lettre qu’elle lui avait écrite.

Lucrèce réalise ainsi que son fils se tient bien devant elle, et les jeunes hommes présents au début de l’acte reviennent, ayant écouté la conversation, et dévoilent à Gennaro la vraie identité de Lucrèce par désir de vengeance. Ils dressent une liste de tous les hommes qu’elle a fait assassiner devant Gennaro, et Lucrèce finit par s’évanouir.

Dans ce résumé de la deuxième partie, se situant sur une place de Ferrare, nous retrouvons Lucrèce Borgia et son lieutenant Gubetta attisent un complot pour savourer la vengeance voulue suite à l’humiliation que les nobles lui ont fait subir. Ceux-ci entrent donc en scène, non peu inquiets de la réaction de la duchesse suite à ces comportements.

Gennaro n’hésite pas à partager sa colère et sa haine que Lucrèce lui inspire, et il décide de mutiler un panneau pour en montrer la preuve. De « Borgia », le panneau affiche désormais « orgia ». L’acte se termine sur une sortie collective et le saisissement de Gennaro par les hommes du mari de Lucrèce, le duc Don Alphonse d’Este.

Résumé de la pièce de Victor Hugo, Acte II : Le couple

Dans la première partie de cet acte, Victor Hugo nous situe au sein du palais ducal de Ferrare, le mari de Lucrèce envoie un de ses serviteurs à la recherche de poison. Lucrèce entre en scène, furieuse et assoiffée de vengeance suite à l’horreur commise envers son propre nom. Elle souhaite même assurer à Alphonse que le coupable mourra, et il le promet également. Gennaro est ensuite appelé, et il confesse son crime sans aucune hésitation.

Une fois seule avec son mari, elle tente de protéger Gennaro suite à son bouleversement et veut faire changer d’avis au duc. Ce dernier, blessé, accuse Lucrèce de le protéger par suspicion qu’il sot son amant, et décide de l’exécuter, en laissant à Lucrèce le choix de la méthode.

Elle choisit le poison, qu’elle devra lui verser elle-même ; mais une fois seule avec Gennaro, elle lui avoue son empoisonnement et souhaite lui donner un remède, un contre-poison. Il l’accepte, tant bien que mal puisqu’il est persuadé qu’elle a de mauvaises intentions envers lui et qu’elle a blessé sa mère. Elle ordonne sa fuite de Ferrare le plus rapidement.

Dans la seconde partie sur la place de Ferrare, le duc Alphonse et son bras droit Rustighello sont prêts à assassiner Gennaro, préparant une embuscade. Cependant, leur plan échoue, car avant même d’avoir pu l’exécuter, le frère d’armes de Gennaro, Maffio, entre en scène. Il parvient à convaincre son frère de ne pas partir et de plutôt aller dîner chez la princesse Negroni, malgré une absence d’invitation de sa part. Le duc les laisse partir avec grand plaisir.

Acte III : Ivres-morts

Victor Hugo termine cette pièce de théâtre dans une salle du palais Negroni, qui compte le groupe de jeunes nobles du premier acte, avec Gennaro et Maffio, pour le dîner de la princesse. Une fois leur panse bien remplie et leur soif bien étanchée, Maffio finit par montrer son inquiétude ; en effet, Gubetta, le faux seigneur espagnol ayant réussi à devenir un des leurs, sous couverture de sa vraie identité, n’a pas touché à son vin.

Toutes les femmes sont sorties, et les portes du palais sont fermées, avant de s’ouvrir soudainement pour laisser place à une longue file de pénitents suivis de Lucrèce Borgia. Elle leur annonce fièrement qu’ils ont été empoisonnés et qu’il ne suffit que de moins d’une heure pour qu’ils trouvent la mort. Suivant le cortège, se trouvent cinq cercueils ainsi que des prêtres pour la confession.

Cependant, elle prend conscience que Gennaro est au sein du groupe, et décide d’ordonner à tout le monde de sortir. Elle lui supplie à nouveau de boire le contre-poison, qu’il refuse, mais il lui annonce qu’il va la tuer pour venger sa troupe. Par désespoir, Lucrèce lui implore de ne pas le faire et lui relève finalement sa vraie identité, qu’il est le fils de son frère Jean Borgia et qu’il commettra un matricide en la tuant.

N’arrivant pas à comprendre ses paroles, il en déduit qu’elle n’est que sa tante. Il ne veut donc pas céder, la frappe, et c’est avec son ultime souffle que Lucrèce lui révèle la vérité, en lui criant qu’elle est en réalité sa mère, celle pour qui il menait une quête depuis tant d’années. C’est ainsi que se termine le résumé de Lucrèce Borgia.