Le petit lecteur

5 minutes de lecture - Les fausses confidences

Résumé de la pièce Les fausses confidences

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Les fausses confidences ⚠️

“Les fausses confidences” de Marivaux est une pièce en 3 actes considérée comme appartenant au genre de la comédie. Elle est sortie en 1738 mais elle obtient peu de succès sur la scène de l’Hôtel de Bourgogne. Il faudra attendre une représentation en 1793 pour qu’elle soit enfin reconnue à sa juste valeur. L’amour ne vient pas toujours à travers une rencontre due au hasard et à la chance. C’est pourquoi Marivaux met en scène l’amour qui naît de fausses confidences organisées grâce à une stratégie de manigances et de mensonges. Ce type de comédie italienne n’est pas nouveau. Marivaux a su prendre les personnages classiques et comiques comme Arlequin et leur donné une touche française et drôle.

L’histoire et les personnages de Les fausses confidences

Dorante, un jeune noble a perdu sa fortune. Dubois son ancien valet le quitte pour entrer au service de Araminte. Cette dernière est une riche héritière, ravissante, jeune veuve. Mais sa mère Madame Argante rêve de voir sa fille devenir comtesse. Elle espère donc sans relâche que sa fille épousera un prétendant au sang bleu comme le comte Dorimont. Dubois son nouveau valet décide d’aider Dorante à conquérir le coeur de Araminte pour gagner l’amour et un nouveau statut d’homme fortuné perdu. Il a l’idée de faire passer Dorante comme nouvel intendant de Monsieur Rémy, procureur et oncle de Dorante. Le subterfuge est mis en place pour entrer en contact avec la jolie veuve en toute confiance. Les deux compères sont confrontés à Arlequin qui sert sa maîtresse avec beaucoup de zèle et à Madame Argante qui veut le comte Dorimont pour gendre. La troupe de personnages est complétée par Marton, servante d’Araminte, un domestique parlant des coulisses et un garçon joaillier.

Acte I

Dubois est au centre des actions de ce premier acte. Son objectif est de rendre Araminte amoureuse de Dorante. Pour ce faire, il met en place une stratégie maligne et efficace. La première manigance est de faire entrer Dorante au service de Araminte. Elle le trouve agréable et lui donne sa confiance. Elle se trouve dans une situaiton litigieuse avec le comte Dorimont. Il désire l'épouser pour mettre fin à un procès interminable. Elle charge Dorante de se renseigner sur ce noble pédant qu’elle n’a nulle envie d'épouser et de trouver des arguments pour espérer gagner le procès. Madame Argante s’interpose et demande à Dorante de convaincre Araminte qu’elle perdra son procès. Il refuse de la suivre.

Dorante reçoit le conseil avisé de son oncle M. Rémy d'épouser Marton qui devrait recevoir 1000 livres comme cadeau de mariage de la part d’Araminte. Dubois proche d’Araminte, la perssuade que Dorante est amoureux d’elle. Il refuse pour elle tous les plus beaux partis de la région. Araminte est touchée par cet amoureux transi et elle garde le à son service par compassion.

Acte II

C’est une suite de scènes faites de chassés croisés entre amoureux et chasseurs de dote. Dorante a réussi à convaincre Araminte de plaider son procès. Son oncle, M. Rémy, le procureur arrive pour convaincre Dorante d'épouser un riche parti mais il croit que l’intéressée est Marton. Il refuse avec dédain. On apporte un présent pour Araminte sous aucun nom. Le cadeau intrigue, surtout, lorsque l’on découvre qu’il s’agit d’un portrait d’Araminte. L’objet de l’intrigue est maintenant de savoir qui a fait se portrait provenant visiblement, d’un admirateur mystérieux. Dans le but de découvrir cet ami romanesque, Araminte et Dubois s’associent. Ce dernier a évidement en tête de faire comprendre à Araminte que Dorante est l’auteur de cette preuve d’amour. Pour le confondre, ils décident d’organiser un faux rendez-vous galant où Araminte acceptera d'épouser le comte Dorimont. Le comte se méfie du piège et annonce qu’il ne peut plus épouser Araminte parce qu’il doit épouser une autre personne dont il ne peut dévoiler le nom. En fait, il ne s’agit que de Marton. Elle vient juste d’apprendre que Dorante ne l’aime pas et que sa prétendue proposition en mariage n’est autre qu’une invention de M. Rémy.

Acte III

Les scènes décrivent la fin des intrigues et les amours se révèlent entre Dorante et Araminte, entre autre. Marton convaincu que Dorante ne l’aime pas et non sans raison, dérobe une lettre, écrite par Dorante à la demande de Dubois. Une lettre qui révèle la passion de Dorante pour Araminte à un destinataire imaginaire. Elle se termine par un aveu sur la volonté de Dorante de quitter la France à tout jamais, par honte d’avoir trompé Araminte. Pourtant Madame Argante n’a pas dit son dernier mot au sujet du mariage de sa fille avec le comte. Elle prend possession de la lettre et la fait lire par le comte devant tout le monde. L’oncle de Dorante est furieux de voir la façon dont on traite son neveu comme un séducteur aventurier et chasseur de dote. Dorante ne renie pas être le créateur de la lettre mais il n’avoue aucune passion pour Araminte. La jolie jeune femme est excédée, elle demande à tout le monde de sortir pour un moment de paix. Elle parle durement à Dubois pour avoir trahi son ancien maître. Elle reprend son amitié à Marton pour sa conduite. Elle accepte finalement de rencontrer Dorante seul à seul. Elle lui avoue son amour. Dorante saute sur l’occasion pour lui raconter les manigances de Dubois en précisant que la seule chose vraie était son amour sincère pour elle.

Araminte conquise pardonne à Dorante quand Dubois savoure sa victoire. Madame Argante maudit Dorante en lui disant qu’il ne sera jamais son gendre. Le comte se retire avec une révérence quand les deux amoureux se regardent avec tendresse. On comprend aisément que l’amour les a réuni bien au delà des intrigues et des fausses confidences.