Le petit lecteur

5 minutes de lecture - Le père Goriot

Résumé détaillé du Père Goriot

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Le père Goriot ⚠️

L’action se passe à Paris en l’an 1819 durant l’automne. L’oeuvre s’ouvre sur une pension miteuse située rue Neuve-Sainte Geneviève. Cette pension se nomme la maison Vauguer. Sa tenancière s’y plaint fortement du fait que les clients ne viennent que dîner. Les clients les plus importants se nomment, Victorien Taillefer, Madame Couture, Mlle Michonneau, Monsieur Pouret, Monsieur Blanchon, Eugène de Rastignac, Vautrin ou encore le père Goriot.

Peu à peu, l’action se centre sur le père Goriot. Ce dernier est un misérable rentier âgé de soixante-neuf ans. Peu d’indices nous sont donnés sur sa vie qui parait quelque peu énigmatique. Cependant, on apprend qu’il est arrivé à la pension en 1813. A ce titre, il est sans aucun doute le plus vieux des habitués de la maison. Il a exercé le métier de vermicellier et aurait gagné beaucoup d’argent en vendant des produits typiques d’Italie. Mais cette richesse a désormais disparu sans que personne n’ait davantage d’explications. Cela contraint le vieil homme à habiter dans les appartements les plus misérables de la pension. Les rumeurs disent que le père Goriot entretient les femmes du monde et que c’est pour cette raison qu’il a perdu toute sa fortune.

Eugène de Rastignac est également un personnage essentiel au roman. Ce jeune homme ambitionne de s’introduire dans la haute société. Il a quitté sa province pour venir s’installer à la capitale. On apprend qu’Eugène a deux soeurs et qu’il est issu d’une famille aux revenus très faibles. Ses études de droit sont donc l’espoir de toute une famille. Un jour, et grâce à une tante, Eugène de Rastignac est invité au bal de Mme de Beauséant. Il s’agit là d’une cousine éloignée de ce dernier. C’est là que Rastignac va y rencontrer une femme, la Comtesse Anastasie de Restaud. Dès le premier regard, il en sera profondèment épris.

Dès le lendemain, il tente une première approche en se rendant chez Monsieur et Madame de Restaud. Il fait preuve d’une grande maladresse et on lui demande de prendre congé. Cependant, Rastignac a aperçu le père Goriot qui sortait de leur demeure. Pour résoudre ce mystère, il décide d’aller chez Mme de Beauséant qui est en compagnie de la Duchesse de Langeais. C’est alors qu’il apprend qu’Anastasie est en réalité la fille du père Goriot. Delphine est sa soeur. De cette façon, le père Goriot s’est ruiné en désirant offrir une éducation modèle à ses deux enfants. Anastasie se trouve désormais mariée au Comte de Restaud et Delphine a épousé le banquier Nucingen. Maintenant que le père Goriot est pauve, ses gendres le méprisent et ne l’estiment plus du tout de la même façon.

Eugène de Rastignac pleure en entendant ce parcours de vie. C’est alors que Madame de Beauséant va lui donner un conseil précieux : celui d’arriver à ses fins par le biais des femmes. Elle lui conseille ainsi d’atteindre Anastasia par le biais de sa soeur cadette, Delphine.

En revenant à la pension, Eugène témoigne son soutien au père Goriot. Il est bien décidé à entrer dans le grand Monde et va donc faire une demande à sa famille : lui envoyer ses dernières économies. Ce sacrifice est accepté par sa mère et ses deux soeurs.

Vautrin, un habitué de la maison, a bien vu le dessein de Rastignac. Il lui propose donc un marché fort douteux. Ce dernier consiste à ce qu’Eugène séduise Victorine Taillefer alors que Vautrin éliminera son frère. Ainsi, la jeune fille héritera d’une fortune considérable. Rastignac, en l'épousant, aura accès à cette fortune et en reversera une partie à Vautrin. Rastignac parait outré par ce marché. Il dispose de quinze jours pour donner sa réponse.

Rastignac décide finalement de suivre les premiers conseils donné par Mme de Beauséant et donc de séduire Delphine. Pour ce faire, il achète tout le nécessaire d’un homme de bonne société. En rentrant à la pension, Rastignac raconte les moments passés avec Delphine au père Goriot. Ce dernier fait preuve d’une grande sensibilité et encourage le jeune étudiant à poursuivre dans cette voie. Petit à petit, une grande complicité s’installe entre les deux personnages. Rastignac va donc devenir l’amant de Delphine et découvrir que son mari actuel tente de la garder dans une certaine misère. Elle va donner 100 francs à Rastignac pour les jouer à la roulette. Cette mise va alors lui rapporter plus de 7 000 francs.

Pendant ce temps, Victorine s'éprend de Rastignac et un complice de Vautrin va finalement tuer son frère. Vautrin quant à lui est emprisonné car sa véritable identité est révélée. C’est en fait Mme de Michonneau qui a contacté la police pour toucher une récompense. Cette dénonciation fait émerger de vives tensions au seins de la pension. Mme Michonneau sera contrainte et forcée de quitter la pension.

Les filles du Père Goriot, quant à elles, sont complètement ruinées à cause de leur mari. Cette nouvelle anéantit le père Goriot qui plonge peu à peu vers la folie et reste allongé au lit toute la journée. Au moment de sa mort, ses filles ne répondront pas présentes et resteront indifférentes à sa souffrance. Une fois enterré, un pourboire est demandé à Rastignac mais ce dernier n’a pas un sou. Il emprunte 20 francs. Ce geste le remplit d’une grande tristesse et d’une grande animosité contre la société.

Il décide alors de la défier et, pour cela, il se rend le soir même chez Madame de Nucingen.