Le petit lecteur

12 minutes de lecture - Le Cid

Résumé détaillé de la pièce Le Cid

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Le Cid ⚠️

Pièce de théâtre appartenant au genre tragi-comédie, le Cid est une œuvre écrite par Pierre Corneille. Constitué de 5 actes rimés deux à deux, cet ouvrage parut en 1648 à Paris. C’est le 5 janvier 1637 qu’ a eu lieu la première représentation en Français. L’endroit choisi pour cette première est le Théâtre du Marais de Paris.

Tout au long de la lecture de cette pièce, vous découvrirez les principaux personnages que sont Don Rodrigue ( amant de Chimère et fils de Don Diègue, Chimène ( fille de Don Gomès et maîtresse de Don Rodrigue et de Don ), Don Fernand connu pour être le premier roi de Castille, Don Gomès ( père de Chimène et comte de Gomas), Don Sanche ( amoureux de Chimène ), Don Diègue ( père de Don Rodrigue), Léonor ( gouvernante de l’Infante) ou encore Elvire ( gouvernante de Chimène). La scène se déroule dans son ensemble dans la ville de Séville. Cet article vise à vous fournir un résumé du Cid de Corneille.

Acte 1 Le Cid

Chimène est informée par Elvire sa gouvernante que son choix d'être la future épouse de Don Rodrigue est approuvé par son père, le comte de Gomas. Pour elle, la fille de Don Gomès ne doit plus avoir de doute quant à la possibilité d'être heureuse aux côtés de l’homme qu’elle aime. L’Infante de Castille qui est aussi une amie de Chimène lui apporte toute son aide pour la réussite de son union avec Don Rodrigue. Les différentes actions de cette dernière ne sont pas aussi sincères qu’elles ne paraissent. Et pour cause, cette dernière finit par avouer ses sentiments pour l’amant de son amie. Elle semble pas tenir compte ici de sa différence de rang social avec Don Rodrigue. Don Diègue a été nommé gouverneur du prince de Castille par le roi. Ce qui n’est pas du goût de son grand rival le comte de Gomas et père de celle avec qui son fils Rodrigue envisage de se marier. Il est donc clair que cette rivalité entre les deux hommes ne va pas faciliter les choses surtout après cette nomination. Mais contre attente, Don Diègue de rechercher la paix avec le comte pour le bonheur de leurs enfants, décidés plus que jamais à s’unir.

Cette tentative de rapprochement entre les deux rivaux échoue dans la mesure où une dispute va éclater entre eux. Leurs relations déjà fragilisées prend un sérieux coup puisque Don Diègue ne peut s’empêcher d’insulter Don Gomès, le comte de Gomas. Cette phrase “Qui n’a pas pu l’obtenir ne méritait pas " est la preuve que le fossé entre les deux hommes continue de se creuser. En colère, Don Diègue décide tout simplement de se venger. Pour y arriver, il doit obtenir de l’aide et la personne parfaite pour jouer ce rôle est son fils Don Rodrigue. Celui-ci doit combattre le père de sa future épouse à la demande de son géniteur. En dépit de la complexité de la situation, il accepte tout de même d’accomplir la vengeance de son père contre le comte de Gomas. Les liens de sang ont donc eu raison de l’amour qu’il éprouve pour Chimène. Il se trouve dans un dilemme : doit-il refuser de venger son père et permettre ainsi que celui-ci continue d'être déshonoré ? Ou accepter sa demande de tuer son grand rival qui est aussi père de celle qu’il aime ?

Bien que le choix à faire soit difficile, Don Rodrigue décide finalement de venger son père. Il le fait savoir clairement en prononçant cette phrase : courons à la vengeance. Il se dépêche dès lors d’aller retrouver Don Gomès, l’offenseur de son père.

Acte 2

Don Gomès ne semble pas regretter ses propos méprisants à l'égard de Don Diègue. Pour lui, présenter des excuses est un déshonneur. Les tentatives de Don Arias pour le convaincre de le faire sont toutes vouées à l'échec. Sûr certainement de sa victoire face à Don Rodrigue, le comte voit en ce duel c’est la issue possible pour régler définitivement le différend qui l’oppose à la maison de Don Diègue. Dans un tel contexte, il n’y a pas de place pour un règlement à l’amiable de ce conflit. Il se dit prêt à assumer toutes les conséquences qui pourraient découler de son geste. Le comte ne manifeste d’ailleurs aucune crainte quant à la colère du roi. C’est dans ce contexte où chacun des protagonistes semble camper sur sa position que Don Rodrigue se rend chez l’offenseur de son père qu’il s’est promis de venger même s’il doit perdre l’amour de Chimène son amante.

En allant retrouver Don Gomès, il n’a qu’une seule idée en tête : convaincre ce dernier de l’affronter dans un duel. Lorsqu’elle apprend cette nouvelle, Chimène partie rendre visite à l’Infante est craintive. Elle ne veut pas que son père tue Rodrigue et craint également que celui-ci soit tué par Rodrigue. Il importe qu’une solution soit très vite trouvée afin d'éviter que le pire ne se produise. Pour l’Infante chez qui elle est en visite, l’emprisonnement de Don Rodrigue est la solution pour que les deux hommes ne s’affrontent pas. Cette proposition qui arrive trop tard ne serait pas d’une grande utilité dans la mesure où le page vient d’annoncer que le comte et Don Rodrigue ont été aperçus ensemble se dirigeant certainement vers le lieu où ils doivent se battre.

C’est en ce moment précis que toute la passion de l’Infante pour le fils de Don Diègue se réveille. Elle voit en effet en ce duel une opportunité pour elle de pouvoir se marier à celui-ci qu’elle aime en cachette. Pour elle, les barrières de classes sociales seront brisées en cas de victoire de Rodrigue sur le père de sa meilleure amie. Et pour cause, si le fils de Don Diègue sort vainqueur de cette confrontation, il serait considéré par tous comme un héros, un vaillant guerrier. Elle pourrait dès l'épouser sans que le rang social de Don Rodrigue ne constitue un obstacle. Pour voir ce rêve se réaliser, il faut que le comte soit battu au cours de ce duel.

En plus de devoir se battre avec le fils de son rival, le comte de Gomas et père de Chimène doit également faire face à la colère du roi. Ayant appris l’insolence dont fait preuve Don Gomès qui refuse de présenter des excuses pour son geste à l’encontre de Don Diègue, il est bien décidé de son côté à le punir comme cela se doit. En dépit de sa très colère, il n’aura pas l’occasion de donner une punition au père de Chimène. La mort de ce dernier dans le combat qui l’opposait à Don Rodrigue lui est annoncé par un messager. L’annonce du décès du comte pendant à l’issue du duel attriste non seulement sa fille mais aussi Don Fernand.

Mais pour ce dernier, justice a tout simplement été rendue. Quant à Chimène toute éplorée , elle est allée voir le roi pour que la mort de son père puisse être vengée. Celui-ci ne fait pas savoir à la fille du défunt sa décision concernant cette affaire. Toutefois, il lui annonce qui compte lui tenir lieu de père. En dehors du roi, Chimène sans doute dévastée par la nouvelle de la mort de son géniteur dans de telles circonstances demande en outre à Don Sanche de le venger. Celui-ci est connu pour être un fidèle serviteur du roi. De son côté, Don Diègue ne manque pas de plaider pour que la vie de son fils soit épargnée. Il se dit prêt à mourir à la place de Don Rodrigue qui est parvenu à le venger.

Ces rivalités internes ne sont d’ailleurs pas les seules affaires auxquelles le roi doit faire en ce moment. La présence de quelques navires non loin des côtes espagnoles ne le rassure pas. Il pourrait en effet s’agir de Maures venus attaquer le royaume. Les inquiétudes du roi à la vue de ces navires près des côtes espagnoles est par conséquent justifiées. On peut le voir, en plus de ce problème interne susceptible de mettre à mal la stabilité de son pouvoir, il doit prendre les mesures idoines pour faire face à une attaque éventuelle d’ennemis extérieurs contre son royaume.

Acte 3

Après avoir tué son père lors du duel, Don Rodrigue ne renonce à voir Chimène. A son arrivée chez elle, il est reçu par Elvire. Cette dernière lui fait savoir que sa venue dans cette maison n’est pas appropriée. Il insiste cependant pour avoir une entretenue avec Chimène. Pour lui, c’est elle seule qui peut le juger. Elvire qui connait certainement la soif de vengeance qui anime en ce moment la fille de Don Gomès lui déconseille cette option. Pour elle, il faudrait mieux que Don Rodrigue se cache car elle est convaincue que Chimène ne reviendra pas de chez le roi toute seule. Elle serait assurément accompagnée de quelques hommes afin de mettre à exécution son plan de vengeance contre celui qu’elle aime et avec qui elle projetait se marier.

Elvire a vu juste dans la mesure où à son retour de sa visite à la cour royale, elle est accompagnée par Don Sanche. Ce fidèle serviteur du roi est lui aussi un prétendant qui serait prêt à tout pour conquérir celle qui aime. Ce dernier pour prouver son amour propose de tuer Don Rodrigue afin de venger la mort du comte de Gomas. Ce que n’a pas refusé Chimène.

S’entretenant avec Elvire, Chimène ne pas cache par l’amour qu’elle ressent toujours Don Rodrigue qui est pourtant à l’origine de la mort de son père. Au cours de cette conversion, elle ne manque de signifier à sa gouvernante qu’elle désire tout de même venger le meurtre de son géniteur. Elle avoue même qu’elle est prête à mourir de douleur pour avoir à tout prix la tête du fils de Don Diègue.

Elvire n’a pas pu dissuader Don Rodrigue de ne pas rencontrer Chimène. Il est venu offrir à la fille du comte sa vie en se montrant à elle. Il a dans les mains l'épée encore tachée de sang avec laquelle il a tué son père. Il la lui remet pour qu’elle le frappe avec si elle souhaite. Pour lui, il est préférable de mourir de la main de celle qu’il aime que de vivre avec sa haine. Pour Don Rodrigue, il aurait été indigne de Chimène s’il n’avait pas agit de cette manière. Dans tous les cas, c’est à elle de prendre sa décision finale. Mais comme elle avait avoué à Elvire, ses sentiments pour le responsables du meurtre de son père sont restés intacts malgré la haine et sa soif de vengeance. Alors qu’elle peut se venger de celui qui vient de tuer le comte son père, elle n’a pas la force nécessaire de passer à l’acte. Aux propos de Don Rodrigue, elle répond : " va, je ne te hais point”. En clair, Chimène refuse de tuer celui qu’elle aime et aimera toujours. Les deux se lamentent sur le malheur à l’origine de leur séparation. Elle lui fait la promesse qu’elle survivrait pas au cas où elle parvient à obtenir du roi sa mise à mort.

Don Diègue s’inquiète de ce qui pourrait arriver à son fils car les amis du comte de Gomas qu’il vient de tuer dans un duel ne manqueraient pas de lui donner la mort s’il le croise. A sa grande surprise et pour son plus grand bonheur, Don Rodrigue apparaît. Louant le courage de son fils pour son geste, Don Diègue affirme que l’amour n’est pas plus important que l’honneur. Son fils a donc pris la bonne décision en le vengeant ainsi. Les louanges de son pères sont tièdement reçues par Don Rodrigue qui fait savoir à son père que cette vengeance lui a valu la perte de son amour.

Il lui demande donc de le laisser afin qu’il puisse réfléchir à ses malheurs qui l’ont éloignée de celle qu’il aime, à savoir Chimène. Pour lui, il n’attend que la mort pour noyer cette grande douleur qu’il ressent après avoir pourtant accompli la volonté de son père. Ce dernier lui rétorque encore l’honneur est au dessus de l’amour. Don Rodrigue qui désire ardemment être seul n’aura finalement pas ce privilège. La ville est attaquée par les Maures et les hommes vaillants comme lui doivent se mobiliser pour la défendre au prix de leur vie. Don Rodrigue doit donc s’apprêter pour aller repousser l’assaut des Maures sur leur ville. Et peut-être qu’il trouvera une mort glorieuse au combat ou le pardon du roi en cas de victoire sur les envahisseurs. Ce qui pourrait lui permettre de reconquérir Chimène sa bienaimée.

Acte 4 de la pièce Le Cid

Dans la bataille contre les Maures, Rodrigue joue un rôle capital. Il devient donc le héros de toute une ville dont les exploits sont rapportés à Chimène par Elvire. Malgré cela, la fille de Don Gomès n’abandonne pas son projet de vengeance afin d’honorer la mémoire de son père. Elle n’entend pas oublier ses devoirs ni céder à ses sentiments. Pour elle, il n’est donc pas question de céder à l’amour car justice doit être faite. Chimène n'écoute pas alors l’Infante qui lui conseille de renoncer à se venger. Pour cette dernière, c’est la ruine politique qu’elle poursuit en la mort de Don Rodrigue.

Le fils de Don Diègue reçoit les honneurs de tous et même du roi qui lui demande un récit de bataille. Le statut de héros de Don Rodrigue ne décourage pas Chimène sa soif de vengeance. Elle se rend encore chez le roi et lui demande justice. Celui-ci fait sortir discrètement le brave guerrier qui a été déterminant dans la bataille contre les envahisseurs maures. Il revient vers elle pour annoncer que ce dernier a trouvé la mort. En voyant Chimène blêmir à l’annonce du décès de Rodrigue, le roi comprend qu’elle est encore amoureuse de ce dernier. Elle refuse toutefois toute idée d’abandon de sa vengeance. Pour elle, il faut que justice soit rendue. Décidée qu’elle est, Chimène recherche un champion qui acceptera de se battre contre Don Rodrigue dans l’unique de la venger. Comme récompense, elle propose d’offrir sa main au vainqueur. Don Sanche qui a été très amoureux de la fille du comte de Gomas accepte de relever ce défi.

Acte 5

Avant le combat contre Don Sanche, Don Rodrigue se rend en toute discrétion chez Chimène pour lui dire qu’il ne compte pas de se battre. Il lui explique qu’il ne pourrait pas survivre tout en sachant qu’elle souhaite sa mort. Elle lui rétorque qu’il devrait se battre au contraire pour son honneur. Devant l’insistance du fils de Don Diègue de ne pas se défendre lors de ce duel, Chimène finit par lui avouer qu’elle voudrait que Don Sanche vaincu pour ne pas avoir à l'épouser. Il accepte de livrer bataille contre ce dernier. Revenu avec l'épée teintée du sang de Rodrigue, Don Sanche est repoussée par Chimène qui confie au roi qu’elle aimait toujours Rodrigue. Devant ce spectacle, Don Sanche avoue qu’il a été vaincu plutôt par le fils de Don Diègue. Rodrigue se rend chez le roi pour lui demander pardon. Ce dernier après avoir donné un temps de réflexion à Chimène lui demande d’honorer sa promesse qui est d'épouser le vainqueur.