Le petit lecteur

4 minutes de lecture - L'école des femmes

Résumé de L'école des femmes

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : L'école des femmes ⚠️

Ecrit par Molière à la fin de l’année 1662, « L’école Des Femmes » est une comédie répartie en cinq actes. Cette comédie est écrite en vers dont la majorité sont des alexandrins. On y retrouve trois personnages récurrents : Arnolphe encore appelé M. de la Souche, Agnès et Horace. Arnolphe devait épouser la jeune fille Agnès qui est en réalité sa pupille. Mais il se fait qu’Horace, le fils d’un de ses amis, est tombé amoureux de la jeune Agnès qui elle-même éprouve des sentiments pour lui.

Résumé acte par acte

Dans le premier acte, on retrouve Arnolphe qui annonce fièrement à Chrysaîde, un de ses amis, qu’il devait épouser sa pupille Agnès. Il expliqua à son ami comment il avait fait mettre Agnès dans un couvent dès le bas-âge, un couvent où Agnès n’était pas exposée à une éducation qui aurait pu l’amener à se rebeller plus tard contre lui.

A sa sortie du couvent, Arnolphe mit Agnès dans une maison surveillée par ses domestiques Alain et Georgette. Après être revenu d’un voyage qui a duré une dizaine de jours, il rencontra le jeune Horace. Paternellement, il conseilla à Horace de profiter de la vie en courtisant les femmes mariées délaissées par leurs maris. Ne sachant pas que M. de la Souche et Arnolphe n’étaient qu’une seule et même personne, Arnolphe lui raconta qu’il avait déjà commencé sa conquête en courtisant une jeune fille nommée Agnès promise à un certain M. de la Souche. Il décrivit de manière acerbe ce M.de la Souche et expliqua à Arnolphe qu’il avait déjà conquis le cœur d’Agnès. Bien évidemment, cette situation ne plaisait pas du tout à Arnolphe.

Au cours du second acte, Arnolphe va voir Alain et Georgette pour les blâmer de n’avoir pas été assez vigilants et d’avoir laissé Horace approcher Agnès. Il va aussi voir cette dernière et fut vite rassuré car elle lui expliqua qu’Horace n’avait point terni sa réputation. Il en profita pour annoncer à sa jeune pupille qu’il allait accélérer les préparatifs de son mariage. Jusqu’à ce moment, la jeune fille croyait qu’il s’agissait de son propre mariage à elle avec quelqu’un qu’elle aime. Mais Arnolphe la détrompa en lui précisant qu’en réalité, il s’agissait de leur mariage.

Dans le troisième acte, Arnolphe se consacra à la préparation de son mariage. Il éduqua Agnès par rapport à ses devoirs de future femme et la mit en garde contre l’infidélité conjugale. Devant son futur mari, la jeune Agnès acquiesce sans protester. Arnolphe était très content de la manière dont les choses se déroulaient en sa faveur. Tout heureux, il alla voir son rival Horace. Il fut encore plus content lorsque ce dernier lui annonça qu’il n’arrivait plus à voir la fille qu’il aimait à cause de ses gardiens. Mais l’humeur d’Arnolphe changea lorsqu’Horace lui annonça que pour le renvoyer, Agnès lui a envoyé une pierre qui soutenait une lettre où elle lui prouvait une fois encore qu’elle l’aimait.

A la fin de l’acte III, on retrouve Arnolphe seul qui réfléchit sur le déroulement de tous ces événements. Il finit par se rendre compte qu’il éprouvait des sentiments d’amour pour sa pupille. Son nouvel objectif est de faire en sorte qu’Agnès éprouve les mêmes sentiments.

Au cours de l’avant-dernier acte, il décida de tout mettre en œuvre pour atteindre son objectif. Il montra à ses domestiques comment ils allaient procéder pour qu’Horace ne vienne plus déranger sa bien-aimée. Alors qu’il rencontra Arnolphe qu’il croyait toujours différent de M. de la Souche, Horace lui raconta que lors de sa dernière rencontre avec Agnès, celle-ci le cacha dans l’armoire lorsque son futur mari revint. Par la même occasion, il annonça à Arnolphe qu’il devait encore rencontrer Agnès le soir. Arnolphe alla alors voir ses domestiques et leur ordonna de renvoyer Horace, s’il se présentait, en le rouant de coups de bâton.

Dans le dernier acte, Horace raconta à Arnolphe qu’il a fait le mort pour que les domestiques ne le rouent pas de coups de bâton. Il demanda alors à ce dernier de protéger Agnès qui ne souhaitait plus retourner chez M. de la Souche. Dès que le transfert se fit, Arnolphe confondit Agnès et lui fit des remontrances sous l’air indifférent de la jeune fille.

Apparaît alors un nouveau personnage, Oronte, le géniteur d’Horace. Ce dernier voulait marier son fils à la fille d’un seigneur dénommé Enrique. Lorsqu’Horace demanda l’aide d’Arnolphe, ce dernier se moqua de lui et lui fit comprendre que c’était encore lui M. de la Souche. Mais Arnolphe se désola vite lorsqu’il apprit qu’en réalité, Agnès était la fille du seigneur Enrique.