Le petit lecteur

3 minutes de lecture - L'école des femmes

Analyse de L'école des femmes

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : L'école des femmes ⚠️

Les thèmes abordés dans l’oeuvre de Molière, “L'école des femmes” sont essentiels pour bien en saisir les enjeux.

La problématique du mariage

La problématique du mariage est essentielle dans de nombreuses œuvres de Molière. Elle est traitée avec comique et ironisme. Elle sert non pas à en faire son éloge mais, au contraire, à en dénoncer les torts, les travers, les contradictions d’une société qui se plait dans des traditions absurdes. Le mariage est alors tourné en dérision. Au lieu d'être un sujet heureux et une source de joie, c’est un sujet qui entraîne des conflits et des tensions entre les personnages.

La puissance des hommes dans le contexte familial

Le père est une figure autoritaire importante et qu’il est impossible de défier. C’est le père qui est à l’origine des mariages. Il ne les décide pas en fonction du bien-être de ses enfants mais uniquement en fonction de ses intérêts personnels. L’intérêt peut être politique, économique ou encore social. L’avis de l’enfant ne compte pas. La figure du père apparaît souvent comme étant tyrannique et sans coeur.

La condition des femmes de l'époque

Le mariage n’est, en réalité, qu’un prétexte pour dénoncer la condition sociale des femmes contemporaines à Molière. Les femmes sont sans cesse soumises à la volonté des hommes et leur avis n’a aucune importance. Pucelles, elles sont sous la tutelle de leur père. Mariée, elles sont sous l’autorité de leur époux.

A travers son oeuvre, Molière dénonce cette condition qu’il juge intolérable. De ce fait, au fil des pages, de nombreux indices tendent à suggérer que les femmes seraient inférieures aux hommes. Le mari quant à lui tente d’incarner une image autoritaire quasi-religieuse. En effet, cet aspect mysogine (pour notre époque) est fortement encouragée par la religion. Dans “L'école des femmes”, on trouve même un catéchisme du mariage qui rappelle l’intégralité des devoirs de l'épouse et l’intégralité des droits du mari.

L’enfermement physique et moral

Les femmes sont soumises à un double enfermement aussi bien physique que moral. Le mariage renforce cette idée et c’est, en ce sens, qu’il est dénoncé par Molière. L’exemple d’Agnès est le plus révélateur à ce sujet. Jeune, elle est dans un couvent et n’a pas le droit de sortir. Mariée, elle est constamment surveillée par des domestiques et n’a toujours pas le droit de sortir de son lieu de vie. La femme n’a donc aucune existence morale. Elle vit à travers la réputation de son époux.

Un enfermement intellectuel

On remarque également dans cette oeuvre un fort enfermement intellectuel. De ce fait, les femmes ne reçoivent aucune éducation. Cela participe au fait qu’elles ne peuvent pas s'émanciper de la figure de leur mari. Elles sont contraintes à une bassesse intellectuelle et leurs avis avis politiques et sociaux sont tournés en dérision.

Le personnage d’Agnès

Le personnage d’Agnès annonce un retournement de situation. Lassée de sa condition, elle tente de tenir tête à son tuteur. Elle veut changer sa condition et se rebeller, s'émanciper. Molière semble vouloir faire triompher la jeune femme et prendre partie pour sa cause. En cela, il s’impose aux moeurs et coutumes de ses contemporains et adopte une vision profondément moderne sur la condition des femmes. C’est l’amour qui permet à Agnès de se révéler. Molière défend donc également les passions et l’expression de ces passions.

“L'école des femmes” abordent donc de nombreux thèmes très novateurs pour l'époque de Molière. Plus encore, Molière prend une position moderne et inattendue sur le sujet. Il fait de sa pièce “L'école des femmes”, une oeuvre surprenante de par son fond. Ainsi, encore aujourd’hui, la pièce de théâtre abordent des thèmes actuels.