Le petit lecteur

4 minutes de lecture - Paul et Virginie

Analyse de Paul et Virginie

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Paul et Virginie ⚠️

Paul et Virginie est sans conteste le roman le plus connu de Bernardin de St Pierre. Elle a marqué les esprits tant par son histoire que par la qualité des thèmes que l’auteur met en avant dans son roman. En premier lieu, Bernardin de St Pierre fait figure d’auteur pré-romantique. Grand ami de Jean Jacques Rousseau, il voue un intérêt hors du commun à la nature et à la vie dans les lointaines contrées. On lui connaît un voyage fondateur à la Martinique durant son enfance puis un voyage à l’île Maurice (alors appelée île de France). C’est cet intérêt pour la nature et les paysages idylliques qui vont faire de lui un auteur pré-romantique.

L’action de son roman se passe à l’île Maurice et de nombreuses pages sont consacrées à dépeindre la vie de tous les jours. Pour bien marquer sa fascination pour cette vie simple, proche de la terre, toute tournée vers la nature, il dépeint la vie de deux femmes et de leurs enfants (Paul et Virginie) qui fuient le déshonneur dans la capitale en s’installant dans cette colonie. Elles y découvrent un travail laborieux de la terre mais qui leur permettent de ne plus s’appesantir sur des évènements sans intérêt pour vivre plus en communion avec la nature.

L’auteur raconte une nature digne du paradis, un terre sauvage et non souillée de la main de l’homme. Une référence à la fois au paradis et à Arcadie, lieu idéal tiré de la mythologie grecque. L’harmonie entre les êtres et la nature est un sujet cher à Bernardin de St Pierre. On parle du reste à propos de l’auteur d’auteur naturaliste. Il rejoint dans cette société idéalisée les propos de Jean Jacques Rousseau qui lui-même espère une société très proche de la nature et l’attends de façon idéalisée. Bien que le sujet soit assez exotique, le roman de Paul et Virgine est en réalité assez ancré dans sa période historique.

Paul et Virginie, c’est aussi un formidable roman d’amour mais aussi un roman moralisateur. En effet, la société décrite par Bernardin de St Pierre est décrite comme idéale. Elle est composée des deux mères, de leurs enfants respectifs Paul et Virginie, ainsi que de leurs domestiques.

Ils vivent dans un lieu loin de la civilisation à la seule force de leur détermination, de leur courage, de leur abnégation. Bernardin de St Pierre n’a jamais caché ne pas aimer le monde dans lequel il évoluait, la société idéale qu’il dépeint le montre bien à chaque mot. Roman moralisateur aussi car, bien que grandissants dans l’amitié et la fraternité, les deux héros vont parvenir à l’âge adolescent. L’âge des premiers émois où la camaraderie se mue en attachement qui se mue en amour.

C’est alors qu’apparaissent ces premiers émois chez Virginie que celle ci est renvoyée en France pour l’éloigner de Paul. On contraint les jeunes à taire leur amour pour que celui ci, de façon symbolique, ne vienne pas souiller la perfection du tableau. Paul se jetant à l’eau pour essayer de sauver Virginie de la noyade de la scène finale marque bien aussi le côté charnel de l’amour dans le roman.

La scène finale, celle de la mort de Virginie, est sans aucun doute la plus puissante du roman. On peut comprendre dans cette scène tout le ressentiment de l’auteur. Il nous décrit une Virginie pure que la vie dans la métropole altère. Elle revient sur son île natale pour essayer de retrouver son innocence perdue mais c’est en vain. L’altération de la société est définitive est elle ne peut que mourir comme pour expier ses péchés. Le moment de la mort de Virginie, semblant s’offrir comme une martyre à la vague qui lui sera fatale est du reste emblématique de cette notion de péché.

En faisant mourir son héroïne au pied du paradis perdu, alors qu’elle allait retrouver les bras de celui qu’elle aime, a donné tout son sens tragique au roman. Une dimension tragique qui n’occulte pas pour autant la critique acerbe de Bernardin de St Pierre vis à vis d’une société et d’une époque avec laquelle il ne se sentait pas en phase. Le roman connaîtra un succès bien au delà des frontières de la France et son thème trouva écho dans de nombreux pays.