Le petit lecteur

3 minutes de lecture - On ne badine pas avec l'amour

Analyse d'On ne badine pas avec l'amour

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : On ne badine pas avec l'amour ⚠️

« On ne badine pas avec l’amour » est une pièce de Théâtre d’Alfred de Musset qui met en scène un drame romantique. Musset est le premier à avoir mis en place un nouveau concept, celui de faire un théâtre dissocié à la représentation sur scène, c’est pourquoi « On ne badine pas avec l’amour » est dispensé de certaines contraintes liées aux spectacles et à la mise en scène. Cette pièce renvoie à l’image d’une distraction plaisante si on se fie au titre, le badinage avec l’amour, et en même temps, il y a une connotation de sanction, quelle serait la punition pour ceux qui badinent avec l’amour ? Le drame final représente la mort d’une innocente et la séparation de deux jeunes gens qui devaient trouver le bonheur. Ce drame est essentiellement causé par l’orgueil, celui de deux jeunes adolescents qui n’arrivent pas à trouver la rupture entre la jeunesse et la vie adulte.

L’orgueil dans « On ne badine pas avec l’amour »

Camille et Perdican sont deux jeunes personnes promises l’une à l’autre, mais par vanité, chacun repousse le projet de mariage qui devait les rendre heureux. Camille restait hautaine et affichait une humeur glaciale face à l’admiration que Perdican éprouvait à son égard. Elle jouait le rôle de la jeune fille qui préserve son cœur face aux éventuels problèmes que pourrait causer l’amour. Pendant que Perdican avait du mal à cacher ses sentiments, Camille jouait avec ce fait, un jeu qui lui permet de nourrir son orgueil et de mettre son personnage en valeur, celle de la fille prudente et insensible. Perdican se lasse dans un deuxième temps et dénonce le comportement de Camille : « Tu es une orgueilleuse, prends garde à toi ». La tragédie se noue avec la réaction de Perdican, aussi liée à l’orgueil, mais en même temps, il découvre son amour pour Camille dans l’acte 3 : « Suis-je donc amoureux ? ». Son orgueil, motivé par les incessants rejets de Camille, l’incite à la vengeance, il décide donc de courtiser Rosette pour froisser Camille, allant même jusqu’à une promesse de mariage. Par orgueil, Camille veut évincer Rosette en faisant en sorte que cette dernière entende les aveux d’amour qu’elle a pu arracher à Perdican. Lui, dans son orgueil blessé renforce sa décision de prendre Rosette en mariage. À partir de ce moment, aucun des deux ne maîtrise les évènements, Camille tombe amoureuse de son cousin, Perdican se rend compte de la stupidité du jeu auquel il a participé : le secret d’amour découvert par Rosette lui a ôté la vie. Ce qui devait être un jeu d’adolescent vire à la tragédie, à cause de l’orgueil des deux personnages principaux.

Entre adolescence et vie adulte

L’orgueil mis en évidence dans « On ne badine pas avec l’amour » n’est que la partie visible de l’iceberg, en réalité, ce qui motive les personnages est bien plus profond. Perdican et Camille ont agi en raison de leur jeune âge, sans se soucier des conséquences. La naïveté de l’adolescence les a menés à une situation qui a échappé à leur contrôle. Bien qu’étant un jeune docteur bien posé, Perdican s’est laissé emporter par sa naïveté de poète, par son romantisme. Blessé par l’attitude de Camille, il adopte une attitude plus radicale et prend le chemin de la vengeance. Camille de son côté prend ses distances, avec un sentiment alimenté par la peur du rejet, pour éviter de subir des peines semblables à celles de sa compagne au couvent, lieu dans lequel elle est éduquée. Le jeu qu’elle entretient avec Pédican pour le décevoir devient inconsciemment une vengeance pour ce que son amie Louise a subi. Les attitudes de Camille, sa fierté, son agressivité ne sont que le bouclier qui protège ses rêves contre la réalité du monde adulte : les déceptions sentimentales.