Le petit lecteur

7 minutes de lecture - Mrs Dalloway

Résumé détaillé de Mrs Dalloway

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Mrs Dalloway ⚠️

Mrs. Dalloway, roman publié en 1925 et chef-d'œuvre mondialement reconnu, illustre parfaitement l’art romanesque de son auteur, Virginia Woolf. Incontestablement, le style de l'écriture et la présentation des thèmes abordés en font l’un des livres les plus emblématiques de la littérature du XXe siècle. De prime abord, Virginia Woolf décrit simplement, dans le Londres de l’après-guerre (la Première Guerre mondiale), la journée d’une femme du monde Mrs. Clarissa Dalloway qui prépare une soirée très mondaine qu’elle donnera chez elle à Bourton. En apparence léger, le livre nous fait découvrir la profondeur et l’ambiguïté des sentiments humains.

Clarissa Dalloway, femme d’une cinquantaine d’années, décide d’aller elle-même acheter les fleurs pour la réception qu’elle donnera le soir, sa gouvernante Lucy étant surchargée de travail. Mrs. Dalloway pense au silence qui couvre Westminster juste avant que Big Ben ne sonne. Nous sommes au mois de Juin et la guerre est finie. Clarissa aime la vie. Chemin faisant, elle rencontre son ami Hugh Whitbread qui lui confirme sa venue à la soirée. Les pensées de Clarissa vagabondent et se laissent envahir par le souvenir de Peter Walsh, l’ancien petit-ami qu’elle avait eu avant son mariage avec Richard Dalloway. Ce flot de souvenirs la submerge tout à coup. Peter n’aurait jamais pu lui offrir une aisance matérielle, mais ce choix lui pèse encore. Clarissa réalise sa bassesse à toujours vouloir suivre ce que les autres veulent d’elle plutôt que de suivre sa propre voie.

Bond Street fascine Mrs Dalloway, contrairement à Elizabeth, sa fille, qui ne partage pas les mêmes goûts et qui elle voue une véritable admiration à Miss Kilman, sa professeur d’Histoire. Clarissa entre chez Mulberry, le fleuriste, et est accueillie par Miss Pym. Miss Pym remarque que Clarissa semble avoir pris de l'âge. Soudain, un bruit, comme un coup de feu, retentit dans la rue.

Le bruit vient en réalité d’une automobile qui semble transporter quelqu’un d’important, voire peut être une figure royale. Tout le monde s’attroupe autour de l’automobile. Un passant Septimus Warren imagine un instant qu’il est l’objet de cet attroupement. Sa femme Lucrezia très inquiète depuis qu’elle sait que son mari veut mettre fin à ses jours, le prie de ne pas rester là et le fait avancer. La voiture part vers Piccadilly dans un souffle de magie, mais se trouve bloquée dans un embouteillage. Un avion dessine des lettres dans le ciel avec son panache de fumée ce qui mystifie complètement les spectateurs.

À Regent’s Park, Septimus croit que ces lettres s’adressent directement à lui. Rezia, diminutif de Lucrezia, déteste quand son mari a le regard dans le vide. Les docteurs disent pourtant qu’il va bien. Pour se changer les idées, elle va faire un tour à la fontaine. Mais craignant qu’il disparaisse, elle revient très vite après de Septimus. Maisie Johnson, une jeune femme de dix-neuf ans, arrivant tout droit d’Edimbourg demande au couple un renseignement, mais Rezia la repousse sans ménagement pour ne pas qu’elle voie les yeux de Septimus. Mrs. Carrie Dempster remarque Maisie et pense à ses jeunes années. Les choses auraient pu être différentes pour Carrie si elle avait eu plus de chance dans la vie. Dans le ciel, l’avion continue d'écrire sans bruit en s'éloignant.

Quand Clarissa revient chez, elle réfléchit à son mariage. Avec Richard, leur relation a toujours été un échec dénué de toute passion. Elle a déjà ressenti une ardeur pour des femmes et avait même connu un sentiment amoureux pour Sally Seton, sa sauvage amie, lors d’un séjour d'été à Bourton.

Clarissa entreprend un petit travail de couture sur sa robe de soirée. Soudain, Peter Walsh arrive de façon inattendue. Il était parti en Inde et ils ne s'étaient pas revus depuis des années. Leur retrouvaille se déroule de façon aigre-douce et leurs sentiments sont chaotiques. Ils abordent le fait que Clarissa avait refusé à Peter sa main trente ans auparavant. Peter lui annonce qu’il est amoureux d’une femme mariée, nommée Daisy, en Inde. Au moment où Peter s’en va, Clarissa l’invite à venir à la soirée pour se remémorer le passé.

Peter se promène dans les rues en repensant à l'échange qu’il a eu avec Clarissa ce matin. Il se sent à la fois vide d'être sans Clarissa et libre d'être seul inconnu à Londres. Il épie une jeune femme attirante et la suit jusqu'à ce qu’elle disparaisse. Il continue de marcher en remarquant combien la guerre, bien qu’horrible, avait modernisé l’Angleterre. Il s’assoit sur un banc dans un parc et s’assoupit.

Une infirmière pour personnes âgées est également assise sur le banc pour tricoter. Elle ressemble à un esprit protecteur qu’un voyageur solitaire pourrait voir dans le ciel.

Peter se réveille confus et désemparé. Il avait rêvé à l’incident quand lui et Clarissa s'étaient disputés. Après quoi, il avait vu Clarissa parler à Richard Dalloway. Tourmenté par la jalousie, Peter l’avait blessé en la traitant “d’hôtesse parfaite”. Plus tard, il avait essayé de la reconquérir. Quand il lui fit une proposition de mariage, Clarissa refusa. Peter partit en Inde et Clarissa épousa Richard.

Lucrezia et Septimus se trouvent également dans le parc. Septimus, a des visions, se parle à lui-même, aux arbres, et à son camarade Evans, tué dans la bataille. Septimus avait combattu bravement pendant la guerre, mais quand la paix arriva, il découvrit qu’il ne ressentait plus rien. Il avait alors sombré dans ce que les gens ordinaires appellent la folie. Mais pour lui, c'était l’illumination, un état de compréhension accrue sur la véritable signification du monde, qu’il trouve à la fois d’une beauté exquise et intolérablement mauvaise.

Un médecin, nommé le Dr Holmes, examine Septimus et conclut qu’il n’y a rien de détraqué en lui. Lucrezia consulte un nouveau médecin, Sir William Bradshaw, qui a une belle réputation. Sir William diagnostique chez Septimus comme un état de choc et de folie, et insiste pour qu’il soit interné dans un établissement. Sir William semble cruel à la fois aux yeux de Lucrezia et de Septimus. Ils partent rejetant cette haine et cette crainte.

Il est 13h30. Richard Dalloway déjeune avec Lady Bruton, qui lui indique que Peter Walsh est en ville. Richard décide qu’il doit dire à Clarissa qu’il l’aime. Il va lui apporter des fleurs, mais il ne peut dire le moindre mot. Clarissa comprend de toute façon. Après son départ, elle a une altercation avec Miss Kilman. Clarissa déteste Miss Kilman, qu’elle croit cruelle et fourbe, et Miss Kilman déteste Clarissa, trop belle et trop riche. Miss Kilman et Elizabeth sortent. Miss Kilman se plaint d'être pauvre et laide. Elizabeth apprécie beaucoup les connaissances de son professeur et sa dévotion religieuse, mais n’aime pas son goût pour l’auto-apitoiement. Elles se séparent, et Elizabeth part seule explorer la ville. En marchant, elle imagine son avenir et les différentes carrières qu’elle pourrait avoir.

Pendant ce temps, Septimus commence à aller mieux. Peu à peu, il reconnaît la réalité ordinaire des objets dans sa maison. Il se sent impressionné par la bonté de sa femme. Lucrezia se réjouit que Septimus redevienne lentement lui-même. Ils entendent passer le Dr Holmes. Lucrezia se précipite pour l’arrêter, mais le Dr Holmes la repousse. Septimus attend, puis se jette par la fenêtre.

La soirée de Clarissa commence. Les invités arrivent en nombre, mais Clarissa sent que la soirée est un échec. Sir William est là, et quand Clarissa apprend que l’un de ses patients s’est suicidé, elle se sent déprimée. Elle a l’intuition que le jeune homme s’est tué pour protéger son âme et pour exprimer quelque chose, que Sir William doit l’avoir conduit à cela, et que le jeune homme est en quelque sorte comme elle.

Pendant ce temps, Peter et Sally Seton, maintenant Lady Rosseter, se sont assis ensemble, évoquant leurs souvenirs et parlant intimement de Clarissa et de son passé. Peter admet que Clarissa a été son seul véritable amour. Lorsque Clarissa réapparaît, Peter la regarde avec un mélange de terreur et d’extase.