Le petit lecteur


6 minutes de lecture - Le Prophète

Résumé de la fable Le Prophète de Kalil Gibran

Le Prophète est une fable sur Al Mustapha, prophète qui a vécu dans la ville d’Orphalese pendant plus de 12 ans. Lorsqu’il quitte finalement la ville pour son pays d’origine, les habitants d’Orphalese se rassemblent pour lui faire leurs adieux et lui demander des conseils sur les aspects les plus importants de la vie.

Le livre « Le Prophète » est divisé en 26 chapitres courts qui sont les réponses du prophète aux questions qui lui ont été posées. Un aperçu de quelques-uns de ces chapitres sera donné à travers ce résumé de Le Prophète de Khalil Gibran.

Les enseignements du livre Le Prophète

Sur le mariage

Le conseil à tirer — dans ce résumé de Le Prophète de Khalil Gibran — sur le mariage est de s’aimer les uns les autres sans pour autant créer un lien d’amour. Le mariage doit plutôt être une mer mouvante entre les rives des âmes des personnes impliquées.

Al Mustapha recommande également de se tenir ensemble, mais pas trop près l’un de l’autre. En effet, les piliers du temple sont séparés et le chêne ainsi que le cyprès ne poussent pas à l’ombre l’un de l’autre.

Les enfants dans la fable de Kalil Gibran

Dans « le Prophète », Al Mustapha explique que vous pouvez donner votre amour à vos enfants, mais pas vos pensées. Vous pouvez aussi vous efforcer de leur ressembler, mais ne cherchez pas à les rendre semblables à vous. En effet, la vie est une continuité qui ne revient pas en arrière. Elle suit le cours de l’évolution et de la nouveauté.

Sur le don

L’enseignement d’Al Mustapha à tirer de ce résumé de Le Prophète de Khalil Gibran sur le don porte sur la valeur de ce que vous donnez. En effet, vous ne donnez que peu lorsque vous donnez vos biens. C’est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez vraiment. En vérité, c’est la vie qui donne à la vie. Même si vous vous considérez comme un donateur dans cette situation, vous n’êtes qu’un témoin.

Le travail dans le livre

Ce résumé de Le Prophète de Khalil Gibran vous amène à comprendre que vous travaillez afin de pouvoir suivre le rythme et l’âme de la terre. Al Mustafa explique qu’être oisif, c’est devenir étranger aux saisons. Cela vous fait sortir du cortège de la vie qui marche en majesté et en fière soumission vers l’infini. Lorsque vous travaillez, vous êtes une flûte qui transforme le murmure des heures en musique.

Sur la joie et la tristesse

Le livre « Le Prophète » vous fait comprendre que votre joie est votre tristesse démasquée. Plus la tristesse s’enfonce dans l’être, plus il est possible de contenir sa joie. Ces deux sentiments sont donc étroitement liés.

Sur la liberté

L’ouvrage « Le Prophète » met l’accent sur le fait que vous ne pouvez être libre que lorsque le désir de rechercher la liberté devient un harnais pour vous. Vous atteignez également la liberté lorsque vous cessez d’en parler comme d’un but ou d’un accomplissement.

Retenez à travers ce résumé de Le Prophète de Khalil Gibran que la liberté ne vous viendra pas les jours où vous n’aurez pas de souci. Elle ne sera pas non plus présente lors des nuits que vous passerez sans désir ou chagrin. La liberté viendra à vous lorsque ces éléments ceindront votre vie et que vous vous élèverez au-dessus d’eux, sans attachement.

Conseils sur la douleur

À travers « Le Prophète », vous apprenez à identifier votre douleur comme la rupture de la coquille qui enferme votre compréhension. De même que le noyau du fruit doit se briser pour que son cœur puisse se dresser au soleil, vous devez connaitre la douleur de la même manière. C’est la partie amère par laquelle le médecin en vous guérit votre moi malade.

Sur la connaissance de soi

Le livre « Le Prophète » vous fait prendre conscience du fait que votre cœur connaisse en silence, les secrets des jours et des nuits. En revanche, vos oreilles ont soif du son de la connaissance de votre cœur. Vous pourrez ainsi formuler en paroles, ce que vous avez toujours su en pensées.

Sur l’enseignement

Aucun homme ne peut vous révéler quoi que ce soit d’autre que ce qui est déjà à moitié endormi en vous. Cette moitié est le début de votre propre chemin vers la connaissance. Si cet homme est vraiment sage, il ne vous invitera pas à entrer dans la maison de sa sagesse. Il vous conduira plutôt au seuil de votre propre esprit.

Et de même que chacun de vous est seul dans la connaissance de Dieu, vous devez avoir votre propre compréhension de Dieu et de la terre.

L’amitié dans le récit de Gibran

Votre ami est la réponse à vos besoins. Il est le champ que vous semez avec amour et que vous récoltez avec gratitude. Quand il se tait, votre cœur continue d’écouter le sien, car dans l’amitié, toutes les pensées, toutes les attentes ainsi que tous les désirs naissent et sont partagés. Ces éléments diffusent une joie naturelle qui n’a pas besoin d’être réclamée.

Sur la conversation

En lisant « Le Prophète », vous comprenez que vous parlez quand vous cessez d’être en paix avec vous pensées. Dans la plupart de vos conversations, votre pensée est alors à moitié assassinée. En effet, la pensée est comme un oiseau qui, dans une cage de mots, peut certes déployer ses ailes, mais ne peut pas s’envoler.

Le bien et le mal dans la fable Le Prophète

Dans « Le Prophète », Al Mustafa dit que le mal n’est autre que le bien torturé par sa propre faim et sa propre soif. En vérité, quand le bien a faim, il cherche de la nourriture même dans les cavernes sombres, et quand il a soif, il boit même des eaux mortes.

Sur la prière

Vous priez dans votre détresse et dans votre besoin. Il serait bien si vous pouviez aussi prier dans la plénitude de votre joie et dans vos jours d’abondance. En vérité, la prière n’est que votre propre expansion dans l’éther vivant.

Si vous ne pouvez que pleurer lorsque votre âme vous appelle à la prière, elle devrait vous y inciter encore plus jusqu’à ce que vous y alliez en riant.

En plus des réponses présentées dans ce résumé de Le Prophète de Khalil Gibran, Al Mustapha répond également à d’autres questions. Elles portent sur l’arrivée du navire, l’amour, la nourriture et la boisson, les maisons, les vêtements, l’achat et la vente, le crime et la punition, les lois, la raison et la passion, le temps, la beauté, la mort ainsi que l’adieu.