Le petit lecteur

4 minutes de lecture - L'Assommoir

Analyse de l'Assommoir

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : L'Assommoir ⚠️

Véritable comédie humaine, l’Assommoir fait partie des romans de l’auteur Emile Zola. Dans cette œuvre publiée en 1877, les personnages de Lantier et sont brillamment mis en scène par Zola. De la lecture de ce roman naturaliste de 420 pages, il ressort plusieurs intérêts notamment au plan de l’action, littéraire, documentaire, au psychologique et philosophique. C’est donc sur ces différents points susmentionnés que portera l’analyse de cette œuvre d’Emile Zola.

Déroulement et chronologie du roman

Dans cette œuvre de vérité, c’est la vie de Gervaise qui est racontée par Zola presque dans les moindres détails. L’auteur peint avec des expressions appropriées la vie de son personnage principal de son arrivée dans la capitale à sa mort dans des conditions lamentables. On peut remarquer que l’existence de cette dernière est marquée par une série de grandes scènes comme par exemple la chute de Coupeau qui tombe d’un toit, la fête chez Gervaise, la bataille des femmes dans le lavoir ou encore la visite au Louvre. A travers toutes ces scènes, on peut voir que l’auteur fait ressortir le rôle du destin dans la vie de Gervaise, une femme du peuple détruite par l’alcoolisme et la promiscuité. Au total, ce roman compte treize d’égale valeur en termes de longueur à l’exception du chapitre treize comportant une brève. Le retour de Lantier au chapitre 7 marque l’évènement majeur qui va bousculer le destin de Gervaise. Ainsi, les six premiers chapitres montrent la vie de cette dernière comme une ascension sociale certes lente. Cependant, cet évènement va basculer la vie de cette femme du peuple vers le sommet est également le même qui conduit à sa déchéance. On peut dire que Zola propose dans son œuvre l’Assommoir une construction à la fois logique et simple. Pour ce qui est de la chronologie, l’histoire de ce roman se déroule de 1850 à 1868 soit sur plus de 18 années. Le destin de Gervaise sur cette période sera déterminé par quatre journées importantes qui se matérialisent par quatre chapitres dans l’œuvre. Il s’agit notamment du chapitre 1, du chapitre 3, du chapitre 7 et du chapitre 12.

Les intérêts que suscite l’analyse de ce roman de Zola

La lecture de cette œuvre de Zola révèle un intérêt littéraire remarquable. En sa qualité de poète et peintre de la misère, Emile Zola tente une nouvelle expérience en proposant une langue du peuple très travaillé. On peut percevoir cela dans la préface et à la page 7. Pour ce faire, il n’hésite pas à consulter des dictionnaires d’argot connus tels que Delvau et Larchey. S’appuyant sur ce travail effectué, Zola va présenter l’Assommoir comme un travail philosophique. Ce qui va donner naissance à une nouvelle catégorie de roman connue sous l’appellation de roman parlé. Ce type de roman se caractérise par l’usage par l’auteur d’un style indirect libre. Ce qui donne aux lecteurs d’avoir une œuvre avec un récit écrit dans la langue des personnages. Avec une juxtaposition très réussie des sensations auditives, visuelles et olfactives, on peut dire que Zola fait de l’impressionnisme. D’ailleurs, il montre sa capacité à passer du style direct au style indirect libre par la pratique du monologue intérieur. Ce qui est remarquable c’est que aussi bien le mouvement de phrases que le vocabulaire populaire utilisé dans le roman malgré ce passage d’un style à un autre. Dans ce roman, Emile Zola a recours logiquement au naturalisme dans la mesure où il évoque à la page 11 une foule de mouvement qu’il compare à puissant fleuve.

L’Assommoir : une œuvre documentaire majeure

Premier roman sur le peuple peignant les réalités du peuple, l’Assommoir est une œuvre à la fois de vérité et de pitié. Tirant son originalité de la peinture sociologique du milieu populaire de Paris, il constitue un document capital sur une fraction de la classe ouvrière. Les conditions de vie, de travail, de logement, les superstitions ainsi que les mœurs sont parfaitement décrites dans ce roman. Par l’évocation de la décadence du ménage Coupeau, c’est toute la classe ouvrière qui est ainsi dépeinte par Zola dans l’Assommoir. On peut remarquer le travail recherche documentaire effectué par l’auteur qui peint les conditions de vie de la classe ouvrière avec tant de réalisme. Pour preuve, les différents endroits évoqués dans le roman sont décrits avec le plus de précision possible.