Le petit lecteur

7 minutes de lecture - Jane Eyre

Résumé de Jane Eyre de Charlotte Brontë

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Jane Eyre ⚠️

Le livre Jane Eyre est découpé en trois parties.

1) Lowood

Jane est encore une enfant lorsqu’elle se retrouve orpheline et est confiée à la garde de son oncle Reed. Avant sa mort, madame Reed lui fait la promesse d’élever Jane. Autant monsieur Reed était protecteur, autant sa femme est froide et égoïste. Vivant au milieu de ses cousins, Jane est rejetée par ces derniers et malmenée, particulièrement par John.

A la suite d’une sévère punition de sa tante, elle s’évanouit dans la chambre rouge où est mort son père. Le pharmacien la réveille et convainc madame Reed de la faire envoyer en pension. A l’âge de dix ans, Jane intègre donc l’école de charité de Lowood, pensionnat dirigé par le très rigide monsieur Brocklehurst. Dès son arrivée, elle se lie d’amitié avec une jeune fille plus âgée, Helen Burns. Cette camarade au bon cœur l’intrigue énormément, car elle prône le pardon malgré les malheurs. Finalement, s’accommodant de la sévérité de la vie à Lowood, Jane est heureuse et travaille bien dans ce pensionnat. Le chagrin la frappe de nouveau lors d’une épidémie de typhus : l’insalubrité de l’internat lui enlèvera Hélène.

L'épidémie terminée, l’établissement est reconstruit et les conditions de vie s’améliorent grandement, sous la direction de mademoiselle Temple. Jane passe encore huit ans à Lowood, six comme élève et deux dans le rôle d’enseignante, poste qui lui est proposé après être devenue la meilleure étudiante. Toutes ces années sont marquées par un dur labeur, labeur qui façonnera sa parfaite éducation.

2) Thornfield-Hall

Au départ de mademoiselle Temple, Jane décide de quitter Lowood et passe une annonce pour devenir préceptrice. Madame Fairfax lui répond et l’invite à s’occuper de l'éducation d’Adèle, fille d’une ancienne maîtresse d’Edward Rochester, le riche propriétaire du château de Thornfield-Hall. Jane y est accueillie chaleureusement par madame Fairfax, intendante et lointaine cousine du propriétaire des lieux.

Les premiers mois, Jane a quelques difficultés d’adaptation à sa nouvelle vie trop bien réglée et elle ressent de la solitude et de l’ennui.

Un après-midi de janvier, où il n’y avait pas de cours, car Adèle était malade, Jane part en promenade afin de poster une lettre de madame Fairfax. En chemin, elle vient en aide à un cavalier tombé de cheval. De prime abord, l’homme grommelle et paraît peu sympathique. Il s’avère que le bourru cavalier est monsieur Rochester, qu’elle n’a encore jamais rencontré. Au fil du temps, Jane apprend à le connaître et accepte ses manières rudes. Edward Rochester se confie plusieurs fois à elle et se montre très sincère, ce qui trouble profondément Jane. Une nuit, réveillée par un rire effrayant ressemblant à celui de Grace Poole la cuisinière et alertée par de la fumée, elle le sauve de la mort lors d’un incendie criminel.

Après cet événement, Jane prend de plus en plus conscience de la passion naissante et des sentiments qu’elle éprouve pour son maître. Elle espère qu’ils vont se rapprocher, mais elle déchante dès le lendemain, après le départ d’Edward. Il se rend très tôt chez monsieur et madame Eshton et leurs trois filles au château de Millcote. Ce départ hâtif fait, pendant un temps, retrouver la raison à Jane : elle est bien consciente des différences d’âge et de fortune qui la séparent d’Edward.

Absent près de trois semaines, monsieur Rochester revient, accompagné des dames de Millcote et semble assez indifférent à Jane sans être distant cependant. Elle pense alors, le cœur triste, qu’il veut épouser une des filles Eshton, la belle et fière mademoiselle Ingram. Dans le même temps, elle comprend qu’on lui cache un secret : Grace passe de nombreuses heures, isolée sans que personne n’en parle jamais ni ne proteste.

Au cours de cette visite, deux personnages singuliers font leur apparition, monsieur Mason et une Bohémienne. Cette dernière est en réalité monsieur Rochester grimé, cherchant à parler à Jane sans éveiller de soupçons. Il s’enquiert ainsi discrètement des sentiments de Jane pour lui-même. Puis il révèle son identité et avoue avoir peur de ce mystérieux monsieur Mason.

Ce dernier est soudainement renvoyé de la maison après avoir été mordu par Grace. Curieusement, celle-ci n’est pas inquiétée pour son agression, ce qui renforce encore le mystère autour d’elle. Une nouvelle discussion entre Edward et Jane laisse penser qu’il épousera Blanche Ingram très prochainement.

Jane part alors pour Gateshead au chevet de madame Reed, fort malade. Elle y apprend que son ancien jeune tortionnaire, John Reed, s’est suicidé. Madame Reed est sur le point de mourir à son tour et confie à Jane l’existence d’un oncle très riche. Après un mois, Jane s’en revient à Thornfield-Hall. Edward avoue alors qu’il lui a toujours donné sa préférence et qu’il veut l’épouser et non Blanche. Dans un premier temps sceptique, Jane accepte finalement sa proposition et les noces peuvent se préparer. La nuit précédant le mariage est très agitée pour Jane, son voile ayant été mystérieusement déchiré. Elle soupçonne Grace de cette malveillance une nouvelle fois.

Le jour du mariage, Jane apprend devant l’autel le terrible secret de M. Rochester. Il est marié avec la fille de monsieur Mason ! Il ne peut en épouser une autre ! Sa première épouse est, en effet, toujours vivante et vit cachée au troisième étage de Thornfield-Hall sous la garde de Grace, car elle s’avère folle et sauvage. C’est elle la responsable de l’incendie et du voile déchiré.

3) Tristesse et félicité

Ivre de chagrin et la mort dans l'âme, Jane part dans la nuit pour ne pas succomber à la tentation de devenir la maîtresse de Rochester qui lui montre son amour. Totalement démunie, elle erre trois jours durant avant de se réfugier, agonisante, chez la famille Rivers, sous le nom de Jane Elliot. Elle y reste un mois et se lie d’amitié avec le pasteur St-John et ses deux jeunes sœurs Marie et Diana. À la demande de Jane, le pasteur lui trouve un poste d’institutrice dans le village, ce qui lui permet de vivre de façon indépendante. St-John a la vocation de devenir missionnaire et lui propose de l’accompagner en Inde et de devenir sa femme. Après quelques mois, le pasteur découvre la véritable identité de Jane et lui apprend qu’elle est la riche héritière de l’oncle mentionné par madame Reed. Jane découvre que ses hôtes, les Rivers, sont ses cousins paternels déshérités par l’oncle décédé. Elle décide de partager son héritage en quatre avec ses cousins, car elle est trop heureuse d’avoir trouvé un foyer chaleureux et aimant !

Bien que n’éprouvant pour St-John que des sentiments fraternels, elle est sur le point d’accepter de partir avec lui, mais sans l’épouser.

Se produit alors un événement étrange : au cours d’une nuit, elle entend une voix sortie de nulle part et qui l’appelle. Elle reconnait la voix d’Edward et décide alors de s’enquérir de son l'état en retournant à Thornfield-Hall. Elle n’a en effet plus aucune nouvelle malgré de nombreuses lettres envoyées à madame Fairfax.

A son arrivée, le château n’est plus qu’un amas de ruines, la faute à un incendie qui a brûlé la maison peu de temps après le départ de Jane. C’est la première épouse de M. Rochester qui y a mis le feu dans un nouvel accès de folie. Puis, elle s’est donné la mort en se jetant du toit. Edward a pour sa part perdu la vue et une de ses mains, en tentant de sauver son épouse et ses gens. Il vit désormais seul dans un manoir reculé. Jane, toujours amoureuse de lui, court immédiatement le rejoindre : leur union peut désormais être célébrée !

Après deux ans de mariage, Edward recouvre partiellement la vue et la famille s’est agrandie d’un petit garçon.

Les cousines Marie et Diana trouvent à leur tour un mari et coulent des jours heureux.

St-John est bien parti aux Indes accomplir sa mission, mais est finalement resté célibataire.