Jane Eyre, des débuts difficiles

D’abord recueillie et élevée par sa tante, Mrs Reed, Jane Eyre une jeune orpheline est mal traitée par ses cousins, surtout John qui la méprise et la trouve de basse classe. Suite à une énième discorde, Jane n’a que dix ans lorsqu’elle est envoyée en internat à Lowood, où elle créée des liens forts avec Helen Burns qui malheureusement décède de la tuberculose due à de mauvaises conditions de salubrité de l’établissement.

Après ce drame, le pensionnat change d’attitude et de gestion ce qui le note comme un établissement de renom. Jane se plonge alors dans des études dont deux ans en tant que professeur, elle désire de changer sa vie et trouve un poste de préceptrice auprès de Mme Fairfax pour faire l’éducation d’Adèle, protégée de Mr Rochester, un riche quadragénaire et propriétaire du château de Thomfield-Hall.

Amour et secrets dans Jane Eyre

Admirative et amoureuse de son maître, Jane, malgré la différence d’âge, ne peut refréner ses sentiments mais soupçonne que Mr Rochester a une idylle avec une très hautaine jeune fille Miss Ingram, cependant et contre toute attente, ce dernier lui demande sa main. Envahie par tant de bonheur, Jane accepte la noce, or le jour du mariage Jane apprend que Mr Rochester a déjà été uni par les liens du mariage à une première épouse lui ayant été imposée par sa famille, la mariage est alors impossible, le pire étant que la première Mme Rochester vit cachée au troisième étage du château sous la protection rapprochée de Grace Pool.

Fuite et sentiments

Jane décide de partir et trouve refuge chez le pasteur St-John Rivers, frère de ses nouvelles amies Mary et Diana, le pasteur lui trouve un poste d’institutrice et la demande en mariage lors d’un périple en Inde, entre temps elle apprend que ses amies sont en réalité ses cousines et dans la foulée elle est désignée comme seule héritière de son oncle décédé, elle décide alors de partager cet héritage avec ses cousines.

Une nuit après une intuition elle décide de retourner au château pour y retrouver Mr Rochester alors souffrant.de cécité et amputé d’une main et vivant désormais dans un manoir qui lui annonce que Thomfield-Hall a brûlé dans un incendie provoqué par sa première épouse. Jane réalise enfin son amour pour lui et décide de l’épouser malgré son physique ingrat.

Mary et Diana ont à leur tour trouvé maris et ont pu récupérer l’argent de l’héritage, Mr Rochester recouvrit la vue après deux ans, Jane et lui vécurent un mariage très harmonieux.

Etude et analyse du roman de Charlotte Brontë

Issue d’une incroyable fratrie anglaise de trois sœurs poétesses et romancières, Charlotte est une romancière de la modernité et de l’émancipation féminine. Ainée des trois soeurs Bontë, Charlotte forme avec Emily et Anne une famille exceptionnelle d’écrivains au destin incroyable puisque les trois jeunes femmes vont mourir jeunes et laisser leur nom dans l’histoire de la littérature comme les célèbres “sœurs Brontë”.

Cette destinée littéraire précoce et ce triple destin tragique est unique rendant la famille emblématique de la poésie et de la littérature de l’époque victorienne.

Ecrit en 1847 par Charlotte Brontë, le roman “Jane Eyre” traite de la vie d’une jeune fille et de ses pérégrinations de jeunes orpheline maltraitée et envoyée en pension avant de devenir institutrice. Engagée dans une maison bourgeoise comme gouvernante, Jane Eyre tombe amoureuse et vit une folle passion avec le maître de maison qu’elle quittera ensuite pour finir par l’épouser.

Roman initiatique par excellence, Jane Eyre narre la vie d’une jeune femme qui refuse le déterminisme d’une société injuste et patriarcale pour assumer pleinement sa vie. Il faut dire qu’écrire un roman sur la destinée d’une jeune femme est unique dans la bonne société anglaise du milieu du XIXe siècle. D’autant plus que l’héroïne est d’emblée qualifiée de disgracieuse et surtout d’indépendante, ce qui est un défaut majeur pour une femme dans l’Angleterre victorienne.

Il est absolument inimaginable qu’à cette époque une jeune femme, fusse t’elle un personnage de roman, puisse avoir conscience de la réalité de sa vie et décide de prendre en main sa destinée. Pourtant Jane Eyre refuse d’être une victime et n’accepte pas d’avoir une vie prédestinée par ses origines sociales modestes. Elle va ainsi profiter de son passage en pension pour s’élever intellectuellement et mettre toutes les chances de son côté pour s’inventer un avenir meilleur. Ce choix de s’élever par les études est une révolution morale importante pour une jeune femme du XIXe siècle.

Décidant de forcer son destin afin de subvenir économiquement à ses besoins, Jane Eyre va s’engager comme gouvernante dans une maison bourgeoise sous l’autorité de Mr Rochester qu’elle va aimer follement. Cependant, elle finit par percer le secret du maître des lieux qui garde sa femme enfermée pour des accès de folie et elle décide courageusement de le quitter. Une fois de plus, loin des pressions sociales et d’une quelconque vénalité, l’héroïne prend en main sa destinée de femme pour ne pas souffrir.

Charlotte Brontë décrit également en parallèle la difficulté à vivre un amour libre lorsque les différences sociales sont grandes et que la société entière déclare cette liaison incorrecte. En fait, elle dénonce non seulement les pesanteurs de la société victorienne sur les femmes mais aussi sur les conventions sociales qui empêchent l’épanouissement personnel. Le roman prend une dimension politique forte car il stigmatise les obscurantismes et rejette dans le néant des limbes la rigueur victorienne.

Beaucoup disent que le roman de Charlotte est autobiographique ou du moins inspiré de faits réels. Charlotte est Jane, cette femme résolument moderne et autonome qui est insoumise aux règles morales d’un société hypocrite et phallocrate. Jane est inspirée de la vie de l’auteur qui a perdu sa mère et deux de ses sœurs très jeune de la tuberculose. Elle a ainsi été ballottée de pensions en pensions affrontant seule toutes les difficultés d’une jeune femme de son époque et forgeant son caractère. D’ailleurs plusieurs protagonistes du livre ressemblent à des personnes ayant vécues dans l’entourage de Charlotte.

Tout comme Jane, L’aînée des sœurs Brontë s’est émancipée du rôle de la femme traditionnelle étape après étape en publiant ses poèmes et ses romans pour subvenir à ses besoins. Elle va ainsi surmonter toutes les difficultés dues à sa condition de femmes pour devenir indépendante.

D’ailleurs le roman Jane Eyre a été publié sous le pseudonyme masculin de Currer Bell car aucun éditeur n’aurait osé publier un livre qui traite avec autant de liberté la condition de la femme de l’époque.

Racée et riche, l’écriture de Charlotte Brontë est d’un finesse incomparable permettant à tout le monde de lire le roman sans problèmes. Précurseur d’une véritable écriture féminine, elle va inspirer des générations entières de jeunes femmes qui vont se lancer dans le roman.

Elle succède dignement à Jane Austen qui est une des plus grandes figure de la littérature britannique et inspirera notamment Virginia Woolf pour son célèbre Mrs Dalloway.

Catégorisé:

Étiqueté dans :

,