Le petit lecteur

4 minutes de lecture - Les mots

Résumé de Les mots

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Les mots ⚠️

Dans Les Mots, Jean Paul Sartre fit une description de son enfance. C’est un récit autobiographique où on découvre l’auteur Jean Paul Sartre sous d’autres facettes. Ce livre fut publié une première fois en 1963 et une seconde fois en 1964. Ce fut l’un des plus grands ouvrages de Jean Paul Sartre. Cet ouvrage lui valut même le Prix Nobel de littérature en 1964 qu’il refusa.

Dans ce livre, Jean Paul Sartre aborde son enfance d’un point de vue très critique. Il écrivit ce livre à une époque où beaucoup d’événements malheureux sont venus troubler sa conception de la vie. C’est à partir de là, il décida de faire un petit retour en arrière afin de trouver des souvenirs. En écrivant ce livre, le philosophe qu’était Jean Paul Sartre cherchait surtout à savoir ce que la littérature pouvait apporter.

Les Mots de Jean Paul Sartre est un ouvrage divisé en deux parties. Dans la première partie, Jean Päul Sartre évoque la lecture tandis qu’au niveau de la seconde partie il aborde le thème de l’écriture.

Première partie : Lire

Jean Paul Sartre ne connut pas très bien son père car ce dernier mourut alors que le jeune homme n’avait que deux ans. A la mort de son mari, la mère du petit Jean Paul, Anne-Marie Schweitzer emménagea chez ses parents Charles Schweitzer et Louise Schweitzer. Jean Paul passa alors son enfance avec ses grands-parents.

Le grand-père Charles, fut celui qui influença de façon positive l’éducation du petit Jean Paul affectueusement surnommé « Poulou ». Professeur d’allemand, Charles dispose d’une très grande bibliothèque. C’est dans cette bibliothèque que Poulou s’adonna à sa passion pour la lecture. Il aimait beaucoup lire et se réfugiait souvent dans ce lieu sacré pour dévorer les classiques de son grand-père, les encyclopédies. C’est sa mère qui l’aida à se passionner pour les livres illustrés pour enfants.

Sur le plan familial, tout allait bien. Bien qu’au début, il y eut quelques difficultés causées par sa grand-mère, la situation familiale était assez bonne. Tout le monde aimait Poulou qui en était ravi et cherchait à avoir une bonne image. Il faisait tout pour paraître sage aux yeux des autres surtout aux yeux de son grand-père. Mais à l’école, Poulou n’avait pas de très bons résultats. Il préférait s’évader dans ses livres où il s’imagine à la place des héros tels que Strogoff et Pardaillan. Poulou se plaisait dans cette vie imaginaire lorsqu’il fut marqué par un évènement. Alors qu’il se trouvait au jardin du Luxembourg avec d’autres enfants de son âge, ces derniers ne lui accordèrent aucune attention. Poulou qui se prenait pour un héros pris vite conscience de la réalité et sut dès cet instant qu’il avait encore du travail à faire. Lorsqu’il comprit qu’il n’était pas le seul centre d’attractions de tous ceux qui l’entouraient, Poulou voulait savoir pourquoi il était sur terre.

Deuxième partie : Ecrire

Poulou commença à écrire quand sa mère et lui débarquèrent à Arcachon. Il devait répondre à son grand-père qui lui envoyait des lettres uniquement composées de vers. Poulou lui répondait de la même façon. Mais sa technique d’écriture n’était que du plagiat principalement inspirée des histoires qu’il lisait dans ses livres pour enfant et des films qu’il allait voir avec sa mère.

Peu à peu les écrits de Poulou s’améliorèrent. Une dame nommé Blanche Picard trouva que Poulou avait le talent pour devenir un grand écrivain. Mais ceci ne plut pas à son grand-père qui voulait que son petit-fils enseigne l’allemand comme lui. Charles fit comprendre à Poulou que son activité principale serait d’être professeur et l’écriture ne serait que son activité secondaire. A cet instant, il mena une réflexion sur le fait que son grand-père mit autant d’efforts à lui faire aimer l’écriture qu’il n’en mit pour l’en faire sortir. A un moment, il n’eut plus envie d’écrire car il se sentait obligé d’écrire pour les autres sans vivre pleinement sa passion. Avec son entrée au collège, il n’eut plus trop le temps d’écrire et consacra du temps à réussir au collège et se faire des amis.

Jean Paul Sartre conclut cette biographie en indiquant aux lecteurs que plus jeune, il se donnait à fond parce qu’il pensait qu’il n’avait aucun talent. Ainsi, il faisait d’énormes efforts pour avoir du succès et avoir la reconnaissance des autres.