Le petit lecteur


5 minutes de lecture - Les Bonnes

Résumé de Les Bonnes de Jean Genet

Jean Genet est un écrivain des années 30. Son œuvre « Les Bonnes » s'inspire d'une histoire vraie, celle des sœurs Papin qui ont tué leur patronne en 1933. Elle raconte le complot raté de deux domestiques qui voulaient assassiner leur maîtresse.

Le complot qui vire au drame

Ce livre de Jean Genet parle de deux sœurs : Solange et Claire. Elles travaillent pour un couple qui appartient à la classe bourgeoise. Elles s'adonnent régulièrement à un jeu de rôle sordide dans lequel elles s'entraînent à tuer leur maîtresse. Elles lui reprochent ses insultes incessantes bien qu'elles leur promettent de leur faire hériter de ses toilettes. Ce résumé de Les Bonnes donne un aperçu sur le déroulement de l'histoire.

Résumé du livre Les Bonnes

Le jeu de rôle dans Les Bonnes

Un jour, alors qu'elles se mettent à monter leur petit théâtre quotidien, la situation dégénère. Claire tient le rôle de Madame et Solange joue son propre personnage ainsi que celui de sa sœur. La conversation est violente. Claire, dans le rôle de la maîtresse, insulte sa sœur. Elle croit que ses bonnes lui reprochent d'être à l'origine de l'emprisonnement de son mari.

Ces dernières se défendent à leur tour et accusent leur patronne d'être éprise du laitier. Elles lui avouent qu'elles ont assez du mépris dont elle fait preuve. Solange, dans son propre rôle, emportée par la colère décide alors d'étrangler Madame. Cependant, le réveil sonne, ce qui indique que le retour imminent de la maîtresse. Les bonnes s'empressent de se remettre à leurs corvées. Elles rangent la chambre et placent des fleurs partout dans la maison.

Les secrets

En réalité, le maître a été emprisonné à cause d'une lettre écrite par Solange qui l'accuse d'un fait dont il ignore l'existence. Elle veut hériter des biens de ses maîtres. Claire l'accuse également de ressentir de l'amour envers Monsieur. Ce sujet crée une tension entre les deux sœurs. La maîtresse, de son côté, est convaincue de l'innocence de son mari et n'attend que sa libération.

Elle ignore l'intention des sœurs de la tuer. Pendant que les bonnes rangent la maison, le téléphone sonne. Il s'agit d'un appel du maître qui annonce sa mise en liberté provisoire. Il les charge de faire part de la bonne nouvelle à sa femme et de lui dire d'aller le rencontrer au Bilboquet. Cet appel chamboule leur programme, qui est d'attendre le moment opportun pour tuer leur maîtresse. Malgré la mésentente entre Claire et Solange, elles ont ce but commun. En effet, elles doivent tuer Madame au plus vite.

La boisson de la mort

Elles mettent au point un plan rapidement. Elle décide de préparer un tilleul empoisonné pour Madame. Elles y plongent une grande quantité de gardénal. En même temps, madame arrive et devine l'intention qui se cache derrière les fleurs qui ornent sa maison. Elle prononce des phrases qui révèlent ses doutes sur la situation. Elle se souvient d'une discussion qu'elle a eue avec ses bonnes.

Quand leur patronne rentre, les bonnes lui proposent la boisson. Cependant, cette dernière remarque que le combiné du téléphone n'est pas à sa place. Ainsi, elles sont obligées de lui annoncer la nouvelle sur la libération de Monsieur. Madame ne tient plus en place. Claire et Solange insistent pour lui faire boire la tisane, mais en vain. Elle s'en va pour rejoindre son mari au Bilboquet.

La suite du complot

Après le départ de Madame, les deux bonnes de la pièce de Jean Genet sont prises de panique. Elles se doutent que leur patronne ait découvert leur plan. Au lieu de chercher une solution à leur problème, elles se remettent à jouer la scène de la maîtresse et des domestiques. Claire joue, de nouveau le rôle de Madame, tandis que Solange redevient les bonnes. Elles s'insultent et la tension commence à monter.

Solange se met à ouvrir la fenêtre dans le but de montrer au monde entier comment Madame, dans la peau de Claire, meurt. Claire refuse de poursuivre la scène, car elle se rend compte qu'elle est trop réaliste. Elle demande à sa sœur de tout arrêter avant que la situation ne dégénère. Cependant, Solange refuse de coopérer et décide de continuer l'histoire seule.

Le dénouement malheureux

Dans sa pièce, elle se fait arrêter et est condamnée à la peine de mort à cause du meurtre de sa sœur. Elle meurt sur l'échafaud. Son histoire terminée, elle revient à la réalité. Claire, quant à elle, continue et demande à boire la tisane. Au début, Solange refuse de se soumettre à cet ordre, mais elle finit par céder. Elle donne la boisson à sœur. Elle la regarde ingérer le poison, sans bouger. Elle semble clouée au sol. C'est ainsi que ce résumé de Les Bonnes se termine.

Un jeu de rôle flou

Cette œuvre de Jean Genet peut être qualifiée de jeu de rôle flou. Les identités des acteurs restent difficiles à reconnaître depuis le début.

Identités secrètes des comédiennes

Dès le début de la pièce, les comédiennes se cachent dans la peau d'autres personnes. Comme indiqué dans le résumé de Les Bonnes, Claire et Solange ne jouent pas leur propre personnage. L'une représente Madame, tandis que l'autre prend la place les deux sœurs à la fois. Même le rapport entre les personnages est flou. Madame insulte et méprise souvent ses bonnes, tout en les faisant hériter de ses biens.

Elle se comporte mal avec elle et prend l'habitude de les rabaisser à travers ses paroles. Par exemple, elle les corrige à chaque fois qu'elle prononce une phrase. C'est le cas quand les bonnes utilisent le terme poudre à la place de fard. Elle ne perd aucune occasion de leur rappeler qu'elles n'appartiennent pas à la même classe sociale.

Des personnages masculins effacés

Cette pièce écrite par Jean Genet possède deux personnages masculins : Monsieur et Mario le laitier. Cependant, ils semblent effacés. En se référant au résumé de Les Bonnes, ils sont présents dans les discours et non dans les actes. Le but de ce montage est de réduire au maximum le nombre d'acteurs présents sur la scène. En effet, cette œuvre est une pièce unique qui diffère des autres par l'absence d'actes et de scènes. Elle est jouée par trois personnes et a lieu dans un même endroit, qui est la chambre de Madame.