Le petit lecteur


6 minutes de lecture - Juste la fin du monde

Résumé de Juste la fin du monde de Lagarce

Juste la fin du monde est une œuvre théâtrale écrite par Jean-Luc Lagarce en 1990 à Berlin. Traduite en plusieurs langues, l’histoire de Juste la fin du monde est émouvante et passionnante. Les dialogues sont minutieux et précis. L’auteur Jean-Luc Lagarce a bien fait d’écrire cette pièce pour ouvrir les yeux de l’humanité. Une œuvre qui vous donne une réflexion profonde sur votre existence. Alors, si l’histoire vous intéresse, voici un résumé de Juste la fin du monde.

Résumé de juste la fin du monde

Louis, un homme de trente-quatre ans qui est à l’aube de la mort comme il a peur. Louis prétend toujours que personne ne l’aime et ne s’occupe pas de lui, ne s’intéresse pas à lui, alors que c’est tout à fait le contraire. Sa mère est toujours là pour lui et se fait des soucis à son égard. Pour ses frères et sœurs, ils se préoccupent de leur vie, mais n’ont pas du tout cette attitude de rejet envers Louis. En dépit de sa peine, il a quitté sa famille pour déménager dans sa zone de confort, non loin de sa famille.

Sa vie bouscule en apprenant qu’il est séropositif. Tout tourne autour de lui et ne sait pas où mettre les pieds. Alors, après une longue absence ponctuée de petites lettres, de cartes postales, durant une ultime visite, il décide de retrouver sa famille. Il annonce premièrement à sa mère qu’il va bientôt mourir. En effet, Louis est désespéré que les choses ne soient pas comme il le souhaitait. Il dit à sa mère qu’il se sent seul et perdu. Il a peur de la mort.

Les autres membres de la famille lui reprochent son attitude. Cependant, sa mère est triste et voudrait qu’il lui rende visite plus tôt. Quant à sa sœur Suzanne, elle lui reproche également de ne pas l’avoir dit sur sa visite. En effet, Louis pense que l’atmosphère est encore conflictuelle et décide de partir sans révéler à ses proches sa visite.

Dans la famille, les tensions ne s’apaisent pas même en cas d’absence de Louis. Chacun émet quelques reproches aux autres tout en faisant référence au passé. Par exemple, Catherine souligne qu’Antoine est un garçon brutal et qui déclenche une colère sans vouloir expliquer les choses.

Dans la scène, Suzanne ne cesse de s’approcher de Louis pour lui faire part de ses sentiments. Malgré le rejet de Louis, elle espère toujours un changement venant de son frère. Quand elle apprend la nouvelle, elle est sans voix et se fond en larmes. Tout cela montre à quel point la vie de son frère de sang est si forte, plus forte que tout malgré le sentiment de Louis.

Quand la nouvelle est annoncée, sa mère s’est étonnée et lui apporte du courage. En effet, cette mauvaise nouvelle a fait tisser un fort lien avec son fils. Malgré l’attitude de Louis, sa mère n’a pas pu empêcher d’en parler avec ses frères et sœurs malgré le silence de Louis.

Antoine est également celui qui le comprend vraiment. C’est un ouvrier qualifié dans son travail. Il manie et contrôle parfaitement les machines et outils. De par ses compétences et son savoir-faire, il est devenu un syndicaliste. C’est une bonne personne. Il est toujours optimiste et n’envisage aucun doute sur l’avenir. Tout le monde l’adore, car c’est quelqu’un d’honnête et généreux. Il représente en tout le monde finissant. Vis-à-vis de son frère, il ne lui reproche rien et reste quelqu’un compréhensif.

Entre autres, Louis essaye de corriger ses erreurs et tente de rectifier ses mauvaises pensées, ses gestes, ses sentiments et ses préjugés. Il évoque ses sentiments qu’il n’a pas saisi la chance d’être heureux.

Avec un effort incroyable, il arrive enfin à cerner que la vie est si courte et que la solitude ne lui avance à rien, plus précisément le fait de s’éloigner de sa famille n’est pas du tout un remède à sa situation. Avec le temps, il a pu connaître ce qui est précieux dans la vie et c’est la famille. En parallèle, sa famille a tendu sa main pour lui apporter un soutien et un accompagnement dans sa vie.

Peu importe le mépris à leur égard, les préjugés et les moqueries de Louis, sa famille a toujours espéré qu’il se change jour. Sans connaissance de sa maladie, elle n’a cessé de lier le lien entre son frère et lui. En tout, l’amour et l’appui de sa famille ont fait raviver le cœur de Louis qui est tombé dans une grande dépression.

Les personnages dans Juste la fin du monde

Les personnages décrits par Jean-Luc Lagarce dans Juste la fin du monde jouent tous un rôle important démontrant son identité et sa personnalité envers l’acteur principal.

Premièrement, la mère de Louis est une femme dynamique, humble et serviable. Éduquer ses enfants est sa priorité. Elle n’a pas vraiment fait des études, mais ne possède qu’un simple certificat. Elle occupe divers postes. Une ouvrière auparavant et ensuite, elle est femme de ménage. Elle aime s’occuper de son foyer et se sacrifie pour nourrir ses enfants. C’est une femme forte et battante. Avec sa retraite, elle vit maintenant une vie modeste. Son centre d’intérêt c’est sa famille. La réussite et l’épanouissement de ses enfants sont ses priorités. Ses frères et sœurs possèdent des personnalités différentes.

En effet, chacun a son propre caractère et ses centres d’intérêt. Ils pensent que Louis s’est écarté d’eux parce que c’est son choix. Or, Louis se sent rejeté et mal aimé par sa famille. Pour les autres à part Antoinne, la vie continue malgré l’absence de Louis. Toutefois, ils pensent que son frère est de nature invivable et que c’est mieux qu’il parte s’il n’est pas heureux avec sa famille.

Son départ n’a pas du tout eu un grand impact dans leur vie. En tout, ils pensent que le temps réparera tout et ils espèrent seulement que son bien.

Bref, Juste la fin du monde est l’une des pièces les plus écoutées au théâtre. Le résumé de Juste la fin du monde vous donne un aperçu de la scène intégrale. Le contexte du titre manifeste la modification de la tonalité de l’œuvre. En fait, l’optimiste esquissée fait place à un sentiment tragique, la fin de son monde. Il tente de se racheter et de donner un amour à sa famille.

C’est la dernière chose qu’il souhaite avant que tout s’écroule. En tout, l’auteur Jean-Luc Lagarce de l’œuvre Juste la fin du monde souligne que cette vie a une finalité et que personne n’y échappe. Sur ce, il faut faire le bien et donner autant d’amour que possible pour ne pas se regretter un jour.