Le roman est divisé en quatre parties : Le prologue, la première partie, la deuxième partie et l’épilogue. Le prologue met en place les deux parties les plus longues du roman, et ces parties sont divisées en plusieurs sections plus petites. Les sections sont indiquées par un astérisque, ou une étoile, et chaque nouvelle section signale un changement de temps ou de personnages. L’épilogue conclut la scène finale du roman, indiquant aux lecteurs que le héros a encore un autre voyage devant lui.

Prologue du roman de Coelho

L’alchimiste feuillette un livre laissé par quelqu’un dans la caravane et tombe sur l’histoire de Narcisse, le jeune vaniteux de la mythologie grecque qui se noie dans un lac en admirant son beau reflet dans ses eaux. Étonnamment, le mythe se termine différemment dans ce livre : les déesses de la forêt interrogent le lac rempli de larmes et découvrent que, bien qu’il pleure Narcisse, sa raison n’est pas que Narcisse était beau. Il pleure plutôt parce que chaque fois que Narcisse s’agenouille pour admirer son image, le lac dit : “Je pouvais voir, au fond de ses yeux, ma propre beauté se refléter.”

Résumé Parties 1 et 2 de l’Alchimiste

Un jeune berger, Santiago, quitte sa maison en Andalousie pour se rendre dans un village voisin, Tarifa, situé à l’extrême sud de l’Espagne. Il y rencontre une gitane et lui raconte le rêve qu’il fait chaque fois qu’il dort sous un vieux sycomore. Dans ce rêve, un enfant joue avec les moutons de Santiago et lui révèle qu’un trésor enfoui l’attend aux pyramides d’Égypte. Le gitan, qui entend Santiago décrire son rêve, l’encourage à partir immédiatement à la recherche du trésor en Égypte. Mais le garçon n’a aucun moyen de s’y rendre.

En errant dans les rues du village, Santiago, personnage principal de ce résumé de l’Alchimiste, rencontre un vieil homme curieux et mystique, Melchizédek, qui prétend être le roi de Salem. Au début, Santiago ne le croit pas, mais le vieil homme finit par gagner la confiance du garçon et le convainc de vendre son troupeau et de se rendre en Égypte. Là-bas, dit Melchizédek, le garçon ne trouvera pas un trésor enfoui mais sa “légende personnelle” (son destin).

Santiago part pour l’Égypte et s’arrête en chemin dans la ville marocaine de Tanger. Un voleur lui dérobe son argent, et Santiago n’a d’autre choix que de rester à Tanger et de trouver un emploi. Il prend un poste chez un marchand de cristaux dans une boutique située sur une place de marché bondée.

Santiago apprend beaucoup de choses sur les affaires en travaillant avec le marchand de cristaux. Il prend des risques et sort des sentiers battus, ce qui lui permet de gagner beaucoup d’argent en seulement un an. Mais, désireux d’atteindre les pyramides, il échange ses gains contre la possibilité de rejoindre une caravane et de traverser le désert du Sahara.

Dans la caravane, il rencontre un Anglais qui est en route pour apprendre les secrets de l’alchimie auprès d’un maître alchimiste de 200 ans. L’Anglais et Santiago se lient d’amitié et se donnent mutuellement de précieuses leçons sur l’apprentissage et le savoir. Bien que l’Anglais privilégie l’apprentissage dans les livres, Santiago préfère apprendre par l’expérience directe.

Les guerres tribales dans le désert obligent la caravane à séjourner pendant une longue période à l’oasis d’Al-Fayoum. C’est là que Santiago rencontre Fatima, une femme du désert et une native d’Al-Fayoum. Ils tombent bientôt amoureux. Un jour, alors qu’il se promène dans le désert, Santiago voit l’oasis attaquée par les tribus en guerre dans les environs et décide de prévenir les chefs. Les habitants d’Al-Fayoum se préparent alors à l’attaque et se défendent efficacement contre les tribus hostiles.

Le maître alchimiste entend parler de la vision de Santiago et apparaît une nuit pour tester la force intérieure et la conscience du garçon. Santiago impressionne l’alchimiste, qui décide de le prendre sous son aile. Finalement, l’alchimiste persuade le garçon de quitter l’oasis – et Fatima – pour poursuivre sa légende personnelle, comme Melchizédek le lui avait conseillé des années auparavant. Ils partent ensemble vers les pyramides égyptiennes.

Au cours de leur voyage, l’alchimiste continue à partager ses connaissances, révélant que l’âme du monde est l’interconnexion qui existe entre tous les êtres vivants. Cependant, alors que les deux hommes approchent des pyramides, ils sont confrontés à un autre obstacle : des soldats arabes les attaquent et les capturent. L’alchimiste offre aux assaillants tout l’argent de Santiago et les prévient que le garçon est un alchimiste redoutable qui, en trois jours, se transformera en vent.

Dans ce passage du résumé de l’Alchimiste, Santiago ne sait pas comment faire pour que cela se produise. Il craint le pire mais passe les trois jours suivants à réfléchir et à contempler les interactions entre le soleil, le vent et le sable dans le désert. À l’approche de l’échéance, il convainc le soleil et le vent de former une énorme tempête de sable – puis disparaît, pour réapparaître à proximité des soldats une fois la tempête terminée. En conséquence, les soldats croient en son pouvoir unique et libèrent le garçon et l’alchimiste, qui poursuivent leur voyage.

L’alchimiste et Santiago s’arrêtent en chemin dans un monastère copte, où l’alchimiste montre comment utiliser un outil d’alchimiste appelé la pierre philosophale pour transformer le plomb en or. Il donne au garçon une partie de l’or qu’il crée, et les deux se séparent. Lorsque Santiago atteint la base des pyramides, il commence immédiatement à creuser pour trouver le trésor enfoui. Deux hommes remarquent, harcèlent et battent Santiago, qui explique ce qu’il fait en racontant son rêve du trésor enterré dans les pyramides. Les hommes interprètent le discours de Santiago comme une absurdité et décident qu’il ne vaut pas la peine de perdre leur temps. Afin de prouver l’absurdité de l’histoire de Santiago, l’un des hommes partage son propre rêve d’un trésor enfoui en Espagne. Il dit que le trésor est caché aux racines d’un sycomore, “près d’une église en ruine où dormaient des bergers et leurs moutons”.

Épilogue de l’Alchimiste

En entendant cela, Santiago réalise que son trésor n’est pas aux pyramides, mais en Andalousie. Il part pour sa patrie, où il trouve un trésor de bijoux et d’or enterré sous le sycomore, comme le rêve de l’homme l’avait prédit. Santiago jure de revenir avec le trésor auprès de la femme qu’il aime, Fatima, à l’oasis d’Al-Fayoum. “J’arrive, Fatima”, dit-il.

Fin du résumé de l’Alchimiste de Paulo Coelho. Vous pouvez également écouter un podcast : L’Alchimiste, le conte philosophique à lire.

Catégorisé:

Étiqueté dans :

,