Le petit lecteur

8 minutes de lecture - Madame Bovary

Résumé détaillé de Madame Bovary

⚠️ Lire le livre : Madame Bovary ⚠️

Première partie

Charles Bovary, un garçon d’une quinzaine d’années, vient d’un village du pays de Caux situé dans le nord de la France. Il arrive à Rouen avec ses parents qui l’inscrit en classe de 5e au Collège de Rouen. Il y restera jusqu’en 3e et poursuit ses études dans la médecine. Son père n’a pas jamais pu assumer convenablement les responsabilités d’un chef de famille. Sa mère s’est résignée à cette situation par amour pour son fils. Charles n’a jamais été ce qu’on appelle un élève modèle, pourtant il parvient tout de même à réussir l’examen pour devenir officier de santé. Il peut alors exercer alors la médecine bien qu’il n’obtint pas le statut de docteur en médecine. La famille déménage à Tostes où sa mère lui choisit comme épouse une veuve bien nantie nettement plus âgée que lui, Mme Dubuc.

Pendant une nuit d’hiver, Raoult Bertaux s’est cassé une jambe. Ce riche fermier fait appel à Charles pour le soigner. Là, ce dernier fit la connaissance de sa fille, Mlle Emma dont le charme ne le laisse pas insensible. Charles invente alors mille et une raisons pour retourner plusieurs fois chez les Bertaux. Ce qui n’est pas du tout du gout de sa femme qui l’interdit du jour au lendemain d’y remettre les pieds. La femme de Charles meurt au printemps une semaine après que son notaire ait disparu avec la moitié de sa fortune.

Pour apaiser ses douleurs, les Bertaux l’invitent à la ferme où il va revoir leur fille Emma. Son amour pour elle s’affirme de jour en jour si bien qu’au moment de la Saint-Michel sa décision est prise : il va demander Emma en mariage. Demande accordée et les cérémonies sont programmées au prochain printemps. Après d’intenses préparatifs, le mariage a eu lieu avec de nombreux invités, un grand cortège et des festivités très animées. Après la nuit de noces, les nouveaux mariés retournent à Tostes.

Mais bientôt Emma, fille élevée dans un couvent, découvre très vite que la réalité est bien loin de celle décrite dans les livres qu’elle a lus qu’il s’agisse de Paul et Arginiel ou d’autres recueils ou ouvrages poétiques. Les décors et l’environnement de son foyer sont bien différents de ceux de ses rêves. Pourtant, de son côté, Charles se sent pleinement comblé et s’émerveille tous les jours des innombrables qualités et prouesses de sa nouvelle femme. En effet, outre la conduite irréprochable de son ménage, non seulement elle joue du piano, mais elle dessine également. Elle sait aussi bien recevoir et observe constamment une élégance et un raffinement qui finiront par agacer sa belle-mère.

En septembre, le Marquis d’Andervilliers organise un bal au château de la Vaubyessard pour lequel les Bovary reçoivent une invitation. La soirée va laisser à Emma des souvenirs extraordinaires qui vont la hanter pendant les prochains jours. Elle commence à laisser échapper ses rêves vers Paris, se nourrit des œuvres de Balzac et Eugène Sue. Le temps qui passe n’arrive pas à apaiser ses désirs d’évasion, d’autant plus que son mari Charles multiplie les maladresses. Ces troubles ont eu raison de sa santé. Emma doit changer d’air et le couple s’astreint à quitter Tostes pour rejoindre Yonville.

Deuxième partie de Madame Bovary

Ils emménagent alors dans une nouvelle communauté, font de nouvelles connaissances dont Mme Lefrançois, patronne de l’auberge du Lion d’Or, M. Homais, le pharmacien et Lheureux, un marchand d’articles de mode, entre autres. Emma y fait la connaissance de Léon Dupuis, clerc de notaire. Peu de temps après leur arrivée, leur petite fille Berthe est née. L’attraction entre Emma et Léon est réciproque, toutefois, la timidité du jeune homme l’empêche de se déclarer. Lors d’une promenade avec les Homais et Léon, Emma réalise le pouvoir de Léon sur elle et ne peut constater qu’elle aussi en est amoureuse. Toutefois, la raison l’emporte sur cette nouvelle passion et elle s’efforce d’observer la conduite digne d’une maitresse de maison. En revanche, sa haine pour son mari s’amplifie de jour en jour.

Emma croit avoir trouvé la solution de ses problèmes dans le soutien de l’église, mais il n’en est rien. Aussi bien Emma que Léon sombrent alors dans mélancolie telle que Léon espère trouver une issue viable en fuyant à Paris. Les douleurs d’Emma semblent s’estomper juste pour un temps très court. Elle trouve un peu de réconfort en s’accordant quelques caprices en faisant par exemple des achats chez Lheureux.

Emma fait ensuite la connaissance de Rodolphe Boulanger, un grand amateur de jolies femmes qui l’a choisie très vite comme prochaine cible. Il aura l’occasion d’agir pendant la solennité des Comices, pendant laquelle il réussit à obtenir un tête-à-tête avec elle. Il va lui rendre visite et là il déploie toutes ses armes de séduction, jouant d’abord la comédie de l’amant désespéré et enchainant ensuite  avec les proses de l’amant romantique. Lors d’une promenade à cheval conseillée par son mari Charles, officier de santé, Emma succombe aux avances de Rodolphe dans un coin de forêt. Cette nouvelle fougue d’Emma se traduit par des visites quasi quotidiennes au château de Rodolphe sans même plus tenir compte de l’heure du jour (elle y va même de bon matin). Il lui est devenu de plus en plus difficile de cacher cette idylle, car pendant ses retours il lui arrive de croiser des connaissances.

Cette tournure des évènements fait paniquer Rodolphe et produit également quelques craintes chez Emma. Ils ont alors décidé de changer leur lieu de rendez-vous qui deviendra sous la tonnelle du jardin même du couple Bovary. Cette situation inconfortable finit par émousser l’attraction de Rodolphe pour Emma. Celle-ci s’en rend compte et a un sursaut de conscience pour sauver son ménage.

Parallèlement, le pied-bot du garçon d’écurie du Lion d’Or doit subir une opération que Charles accomplit avec succès. Emma n’est pas restée insensible à cette réussite qui ne sera malheureusement que de courte durée puisque la jambe opérée s’est dangereusement infectée. Une amputation est inévitable. Elle est confiée à un célèbre médecin de Neuchâtel. Toute l’estime d’Emma pour Charles s’est envolée. Et c’est tout naturellement qu’elle revient vers Rodolphe. Elle s’y déploie même avec tellement d’ardeur qu’elle finit par s’endetter à mort chez Lheureux à force de vouloir le couvrir de cadeaux. Avec la complicité de ce marchand ils se décident de prendre la fuite avec la petite Berthe, la fille d’Emma.

Finalement, Rodolphe s’est désisté et fait parvenir une lettre à Emma pour expliquer son refus de partir avec elle. En proie d’un désespoir profond, Emma caresse des envies de suicide. Atteinte ensuite d’une fièvre cérébrale, elle s’en remet très difficilement. D’un autre côté, les dettes se sont accumulées chez le marchand Lheureux, tellement que Charles ne parvient pas à les honorer. Emma recherche son salut dans les thérapies spirituelles. Un jour Homais les convainc d’assister à un spectacle se déroulant à Lyon. À l’entracte du spectacle, Léon refait surface, invite les Bovary et parvient à les retenir un jour de plus à Rouen.

Troisième partie du roman de Flaubert

Emma et Léon se rencontrent et engagent de longues conversations teintées de la nostalgie de leurs anciennes relations. Ils se donnent alors rendez-vous, mais Emma décide de ne pas y aller et signifie sa décision dans une lettre à adresser à Léon. Seulement, elle ne connait pas l’adresse de ce dernier et doit se résigner à le lui apporter en mains propres. Au denier moment, en le voyant elle n’a pas le courage de la lui donner. Elle va même jusqu’à accepter de se promener en fiacre avec lui.

Une fois revenus à Yonville, les Bovary apprennent le décès du père de Charles. Ils s’associent à la mère de Charles pour les préparatifs funéraires. Comme Lheureux devient de plus en plus pressant, Emma prétexte une consultation du clerc du notaire pour passer trois jours à Rouen. Elle les passera agréablement avec Léon comme durant une véritable lune de miel. Elle y reviendra une fois par semaine pour suivre des cours de piano. Seulement, un jour Lheureux aperçoit Emma au bras de Léon. Il en profite pour accentuer la pression en la contraignant à vendre sa propriété et s’engager dans de nouveaux billets à ordre.

Les absences d’Emma commencent à inquiéter Charles qui va se rendre à Rouen. Ce qui irrite Emma au point que désormais elle y va toutes les fois qu’elle a envie de voir Léon. Charles broie de plus en plus du noir. Un évènement a fait découvrir à Emma les défauts de son amant et bien que sa passion se retrouve un peu affaiblie, elle ne veut pas lâcher prise. Par ailleurs, Lheureux veut user désormais de moyens juridiques pour recouvrer ses créances et brandit une menace de saisie. Emma va emprunter et vendre tout, même tous les objets qui lui sont chers. Elle faillit même vendre son corps. Malgré tout, la saisie de ses meubles sera quand même effectuée. Bien que Léon commence à s’éloigner d’Emma, celle-ci s’accroche fermement à lui.

Ni les banquiers, ni Léon ni ses proches ne peuvent ou ne veulent plus aider Emma qui pense soudain aux soutiens de Rodolphe, son premier amant châtelain. Mais Rodolphe ne peut pas l’aider. Elle se tourne alors vers le suicide et avale du poison. Charles se retrouve désemparé devant le fait accompli. Tous les proches sont là pendant les veillées funèbres et les obsèques d’Emma. La vie reprend son cours dans la maison de Charles qui découvre toutes les lettres des amants de sa femme. Les créanciers lui tombent tous dessus. Il ne lui reste plus que sa fille qui le découvrira mort, allongé sur un banc de son jardin, un malheureux jour du mois d’août.