Le petit lecteur

3 minutes de lecture - La Promesse de l'Aube

Biographie de Romain Gary

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : La Promesse de l'Aube ⚠️

Virtuose de la plume, Romain Gary a construit tout au long de sa vie une oeuvre littéraire exceptionnelle couronnée de deux prix Goncourt. L’auteur des « Promesses de l’aube » a également la particularité d’avoir combiné une double carrière littéraire sous le nom de Romain Gary et sous le nom d’Émile Ajar.

L’ardente jeunesse de Romain Gary

A l’évocation de son enfance, Romain Gary a toujours entretenu un certain mystère sur ses origines. Il est né sous le nom de Roman Kacew le 8 mai 1914 à Vilnius en Lituanie en plein empire russe. Fils d’un couple de juifs de la moyenne bourgeoisie il est élevé principalement par sa mère lorsqu’il débarque en 1928 sur le territoire français pour rejoindre son frère aîné à Nice. Il entame alors une scolarité sanctionné par un baccalauréat mention passable même s’il excelle en composition française.Il obtient en 1938 une licence de droit et se lance dans l’écriture. Soldat puis résistant, il effectue 25 missions à bord de bombardiers avant d’être nommé compagnon de la libération. Par la suite, il entame une carrière de diplomate vite interrompu par sa véritable destinée qu’est la littérature.

Une carrière littéraire fulgurante

C’est en 1945 que Romain Gary publie son premier roman « Éducation européenne » salué par la critique et il est récompensé en 1956 par le prix Goncourt pour son livre « Les Racines du ciel ». C’est avec la publication en 1960 du roman ‘Les promesses de l’aube » que le diplomate va décider de se consacrer uniquement à l’écriture. Très inspirés par la Shoah et les témoignages des survivants, les personnages de Gary sont torturés entre espoir d’un monde meilleur et révolte contre l’indignité humaine. Il est touché par les grandes causes qui marquent les décennies 60 et 70 et il s’inspire de la lutte contre la ségrégation des noirs américains pour son roman « Chien blanc » en 1970. L’écrivain est l’homme de plusieurs femmes mais sa liaison avec Jean Seberg, l’égérie féminine de la nouvelle vague, est la plus marquante.

L’affaire Emile Ajar

Auteur reconnu et adulé, plusieurs romans de Romain Gary ont été adapté au cinéma notamment les racines du ciel par John Huston en 1958, la vie devant soi par Moshé Mizrahi en 1977 et Clair de femme par Costa-Gavras en 1979. Pourtant Romain Gary se donne la mort le 2 décembre 1980, un an après le suicide de sa femme Jean Seberg. C’est à moment là qu’éclate la célèbre affaire Emile Ajar qui met en valeur le génie de l’écrivain et son goût pour la mystification. Romain Gary a en effet écrit de nombreux romans sous le pseudonyme d’Emile Ajar allant même jusqu’à obtenir le prix Goncourt pour la vie devant soi en 1975. C’est son cousin Paul Pavlowitch qui tiendra le rôle de l’écrivain devant la presse déjouant ainsi tous les médias. Humaniste, homme de lettres et de caractère, Romain Gary est à ce jour la seule et unique personne à avoir obtenu deux prix Goncourt, le premier sous son nom de plume et le second sous un nom d’emprunt.