Le petit lecteur

4 minutes de lecture - L'Assommoir

Biographie d'Emile Zola

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : L'Assommoir ⚠️

Émile Zola naît à Paris le 2 avril 1840. C’est un écrivain et journaliste Français dont les oeuvres aussi prestigieuses que " les contes à Ninon”, “Les Rougon-Macquart”, “l’assommoir” ou encore “Germinal” qui a été adapté au cinéma feront de lui, l’un des écrivains les plus appréciés au monde. Le 13 janvier 1898, il publie un pamphlet dans les colonnes du journal L’Aurore, “j’accuse…!", dans lequel il revient sur la décision de justice concernant la célèbre affaire Dreyfus, ce qui lui permettra d’asseoir définitivement sa réputation.

Il est considéré comme le chef de file du naturalisme, un mouvement littéraire international apparut à la fin du XIXe siècle avec l’intention d’introduire dans leurs romans, des thèmes démontrant la société de l'époque sans aucune censure.

Émile Édouard Charles Antoine Zola est dès son plus jeune âge attiré par la littérature et la considère comme une possible vocation ce qui deviendra une évidence par la suite puisqu’il rédigea un roman sur les croisades dès la sixième.

Deux événements vont accélérer le potentiel d'Émile Zola. Son père, Francesco Zola meurt de pneumonie dans un chantier de construction du barrage Zola à Aix-en-Provence, précipitant sa mère dans de graves difficultés financières. Émile Zola, alors âgé de 18 ans entre au lycée Saint-Louis. Ses deux échecs au baccalauréat le marquent profondément, conscient que sans diplôme, les soucis demeureront. Mais la mort de sa mère en 1880 avec laquelle il est très proche le laissera décontenancé pendant de nombreuses années, et aura un impact considérable sur ses oeuvres et dans sa vie de tous les jours.

En 1862, il entre aux Éditions Hachette mais rêve de devenir écrivain. Il écrira des poèmes qui lui ouvriront certaines portes. Il deviendra notamment chef de la publicité et l’année suivante, collaborera avec différents journaux renommés comme “le Figaro” ou “l'événement”.

Cependant, son potentiel d'écrivain s’exprimera dans ses romans. Son premier livre " Contes à Ninon” verra le jour en 1864. Ce n’est que le début du succès jamais démenti jusqu’alors et en 1868, le roman “Thérèse Raquin” interpellera le public et les critiques littéraires.

Lorsque Émile Zola conçoit en 1869 une fresque titanesque sur une famille les Rougon-Macquart, il est en pleine crise existentielle et s’interroge sur le sens de l’existence. Le souci du détail et des réalités de la vie comme de la condition humaine ressortira dans “l’assommoir” et Zola s’attirera les foudres, aussi bien de la critique que de ses propres amis.

Mais rien ne saurait l’arrêter et le réalisme de ses oeuvres atteindra son point culminant avec la parution de son roman “Germinal” en 1885, allant jusqu'à descendre avec les mineurs pour accréditer son style.

En 1888, il rencontre Jeanne Rozerot avec qui il aura deux enfants et en 1890, conçoit son dernier chef-d’oeuvre “la bête humaine”. Il terminera par la même occasion le cycle des Rougon-Macquart imaginé une vingtaine d’années plus tôt.

Le succès engendrera les honneurs. Il sera fait officier de la Légion d’honneur en 1893, titre qu’il perdra suite à son procès.

L’affaire Dreyfus éclate en 1894. Émile Zola, devant la haine antisémite croissante et alors que des personnalités comme Jaurès et Clemenceau découvrent l’innocence du capitaine Dreyfus et tentent de le défendre sans succès, étudie le dossier concernant cette affaire. Ce qui le poussera à écrire un article le 13 janvier 1898 sous le titre “J’accuse…!", adressé comme une lettre ouverte au président de la République de l'époque et fustigeant les instances concernées. S’ensuivra une condamnation pour diffamation avec pour conséquences, un an d’emprisonnement et 3 000 francs d’amende. Zola s’enfuira pour l’Angleterre, à Londres précisément et y restera onze mois.

De retour à Paris en 1899, il apprendra l’innocence du capitaine Dreyfus et entamera l'écriture d’un nouveau cycle “les quatre évangiles”. Émile Zola y réalise aussi un reportage photographique autour de l’exposition universelle de 1900.

Il mourra dans son sommeil d’asphyxie le 29 septembre 1902 dans des circonstances troublantes, suite à une cheminée défectueuse dans sa chambre. En raison des nombreux ennemis qui entouraient l'écrivain, la thèse de la malveillance est envisagée mais l’enquête de police ne donnera rien.