Le petit lecteur

3 minutes de lecture - Jane Eyre

Biographie de Charlotte Brontë

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Jane Eyre ⚠️

L’aînée des sœurs Brontë, Charlotte Brontë fait partie des grands auteurs anglais du XIXe siècle. Elle voit le jour le 21 avril 1816 à Thornton dans le Yorkshire. C’est la troisième de six enfants, cinq filles (Maria, Elizabeth, Charlotte, Emily et Anne) et un garçon, Branwell. C’est la fille du prêtre anglican Patrick Brontë et de Maria Branwell Brontë.

L’enfance et la jeunesse de Charlotte Brontë

Maria Branwell Brontë meurt en 1821, et sa sœur, Elizabeth Branwell, prend sa place auprès des enfants. En 1824, les quatre filles aînées sont envoyées en pension à Cowan Bridge, dans le Lancashire, un établissement pour les enfants de membres du clergé où les conditions de vie frisent l’insalubrité. Maria et Elizabeth y contractent la tuberculose et meurent en 1825. Charlotte et Emily en sont alors immédiatement retirées. Cowan Bridge apparaîtra dans le roman “Jane Eyre” sous le nom de Lowood, Maria sera représentée sous les traits de la jeune Helen Burns, l’une des maîtresses deviendra la cruelle Miss Scatcherd et le directeur tyrannique de Cowan Bridge, l’odieux M. Brocklehurst.

Les liens se resserrent entre les enfants survivants, qui s’adonnent à la lecture et à l’écriture de poèmes, de pièces de théâtre et de récits sur les pays imaginaires d’Angria et de Gondal. Byron constitue leur source principale d’inspiration. Cette ébullition et émulation intellectuelle donne naissance à leur vocation littéraire.

De 1831 à 1832, Charlotte est en pension à Roe Head. Elle y fait la connaissance de Mary Taylor et Helen Nussay à qui elle restera liée toute sa vie. Cette école l’emploie comme institutrice de 1835 à 1838, et à partir de 1839, Charlotte travaille comme gouvernante chez des particuliers. Sa vie professionnelle semble tracée, mais la jeune femme est tiraillée entre l’enseignement et l’écriture. Dissuadée d’écrire par Robert Southey parce qu’elle est une femme, elle écrit toutefois une nouvelle, “Le Nain vert”, sous le pseudonyme Wellesley en 1833.

Désireuses de créer leur propre école, Charlotte et Emily partent pour Bruxelles en 1842 pour parfaire leurs connaissances linguistiques au pensionnat de Claire Héger. Cependant, elles doivent rentrer en Angleterre à cause du décès d’Elizabeth Branwell. Charlotte retourne seule à Bruxelles en 1843 pour y occuper un poste d’enseignante mais n’y reste que peu de temps. Eprise de Constantin, l’époux de Claire Héger, et souffrant du mal du pays, elle vit mal ce second séjour et quitte la Belgique en 1844. Ces quelques mois seront une source d’inspiration pour “Le Professeur” et “Villette”.

Les premières publications et le succès

En 1846, Charlotte, Emily et Anne publient un volume collectif de poèmes sous des pseudonymes masculins conservant leurs initiales, Currer, Ellis et Acton Bell. Cette même année, Charlotte finit la rédaction du “Professeur”, mais celui-ci est refusé par les éditeurs. Cependant, “Jane Eyre” est publié en 1847, sous le pseudonyme Currer Bell. Ecrit dans la tradition du roman gothique et partiellement autobiographique, il frappe les lecteurs de l’époque par sa narration innovante, à la première personne, du point de vue d’une femme.

En 1848, Charlotte commence la rédaction de “Shirley”. Celui-ci sera publié en 1849, après les décès de Branwell, Emily et Anne. “Shirley” connaît un succès moindre que “Jane Eyre”, mais la renommée de Charlotte lui ouvre les portes des cercles littéraires londoniens et elle peut dès à présent écrire sous son propre nom. “Villette”, publié en 1853, est considéré comme son chef-d’œuvre.

En 1854, Charlotte épouse Arthur Bell Nicholls, mais meurt peu de temps après, le 31 mars 1855.