Le petit lecteur

5 minutes de lecture - L'île au trésor

Biographie de Robert Stevenson

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : L'île au trésor ⚠️

L’enfance de Robert Louis Stevenson

     Fils unique de Thomas Stevenson et de Margaret Balfour, Robert Louis Stevenson est né le 13 novembre 1850 à Édimbourg. Le jeune Robert passera l’essentiel de son enfance empreint à la maladie, les fièvres et les soins de l’époque manquants. 

     Les médecins affirmant que le climat d’Édimbourg et l’humidité sont nuisibles à la survie de l’enfant, la famille ira de déménagement en déménagement, pour finalement s’installer ) Heriot Row en mai 1854.

     Du fait de ses maladies et de l’incapacité de sa mère à être souvent présente, des nourrices se succèderont auprès de l’enfant. Robert Louis ne sort jamais de chez lui. C’est Cummy, une femme à forte personnalité, qui deviendra la « seconde mère » du jeune homme. Alité continuellement, et femme aimant la littérature, Cummy, décida de prendre tout son temps pour le jeune homme et de lui faire la lecture à son chevet. La Bible, le Voyage du Pèlerin, des écrits politiques, l’histoire de l’Écosse et des persécutions, des contes populaires et des histoires de fantômes et de revenants. L’imagination de Robert Louis Stevenson papillonne devant tant d’histoires.

L’évolution miraculeuse

     En 1867 il est inscrit par son père à l’université, malgré une scolarisation hasardeuse et ruinée par ses excès maladifs, Robert Louis Stevenson n’en reste pas moins intelligent, cultivé et érudit.

Il passera miraculeusement son diplôme d’avocat dont il se désintéressera dès que possible, n’exerçant jamais, le souhait de sa destinée n’est pas de suivre la succession de son père.

     L’amour apparu alors à l’artiste. Parti vivre à Paris avec des amis peintres, il rencontre en 1877 à Grez, puis la retrouve à Paris, des rendez-vous furtifs, un amour sincère, c’est une femme marée, de dix ans son aînée, originaire de Californie et mère de trois enfants : Fanny Osbourne. Il commencera à écrire vaguement, rien de révélateur, mais les critiques annoncent qu’en lui demeurent les prémices d’un art unique. 

     En mai 1878 Fanny Osbourne repart en Californie, et divorce. Robert Louis Stevenson est sans le sou, il voudrait la suivre et son père le menace de lui couper les vivres et de le déshériter si il persiste dans ses idées d’amour avec cette femme.

Le pèlerinage de toute une vie

     En proie au doute, déçu, le moral anéanti, amoureux aigri, il décide de s’isoler et de faire un pèlerinage. Il part au Monastier-Sur-Gazelle, se procure une ânesse qu’il nomme Modestine et part le 22 septembre 1878 en compagnie de son équidé et de ses effets de vie et de couchage vers la ville de Saint-Jean-du-Gard, en Haute-Loire. Il se repose, reprend des forces, et décide de partir dans la Lozère, l’ancien pays du Gévaudan, découvrant les légendes locales, puis se dirige vers le pays de camisard à Saint-Germain-de-Calerte.



     Désormais, ce pèlerinage de 230 km est connu sous le nom du Chemin de Stevenson et a été référencé comme chemin de randonnée. Il publiera en 1879 le récit de ce voyage, qui deviendra le livre de chevet de bon nombre de voyageurs et randonneurs du monde entier.

     En 1879 il décide de rejoindre Fanny Oscbourne en Californie. Sa famille s’oppose totalement à son changement de vie et est en mauvais termes avec l’artiste.

En mars 1880 il manque de mourir d’une pneumonie puissante, l’attention et le dévouement sans failles de son épouse le sauveront, elle restera dix semaines à ses côtés, veillant à son chevet. Rétabli, il l’épousera le 19 mai 1880 à San Francisco. Ils partiront en lune de miel en Californie, dans une mine d’argent désaffectée, et ce périple donnera lieu à un écrit publié en 1883 : Les Squatters de Silverado.

L’évolution et la fin d’une vie

     La vie de l’écrivain change, sa santé est mauvaise, il est amoureux, il se sent inspiré. Il décide de terminer ses romans. L’île au Trésor, Docteur Jekyll et Mr Hyde le rendront d’ailleurs célèbre et adulé par les lecteurs ! 

     Le père de Robert Louis décédera en 1887, et la famille Stevenson partit aux États-Unis, où il fut accueilli par la presse en vedette littéraire suite au succès de ses romans. Sa tuberculose étant de plus en plus puissante, il décide de faire des croisières en Océanie, de visiter des iles telles que les Marquises, les Samoas.



     C’est en 1890, dans les Samoas, que la famille Stevenson s’installe définitivement. Il ne négligera pas sa carrière littéraire et s’investira beaucoup auprès de la population des Samoans. Une guerre civile explose en 1893 et Robert Louis Stevenson prendra des dispositions contre l’impérialisme allemand.

     Honorables, emplis de gratitude, les indigènes lui consacrent une plantation et le nomment chef de tribu : Tusitala, qui signifie le conteur d’histoires.



     En 1894 il décèdera d’une crise d’apoplexie, alors âgé de 44 ans.

     Il fut enterré face à la mer et lors de ses obsèques plus de 400 Samoans portèrent en relai son cercueil jusqu’au sommet du mont Vaea.

Sur sa tombe, en épitaphe, seront inscrits les premiers vers de son poème Requiem composé en 1884 à Hyères.

Les romans et nouvelles écrits durant ses périples :

     Salué avec enthousiasme par tous ses lecteurs comme un écrivain honorable, un contemporain naturaliste et impressionniste mêlant la fiction au réel. L’aventure, l’horreur, la romance, des critiques personnelles et les récits de sa vie seront les principaux thèmes de ses publications :

Romans :

             ● L’île au trésor

             ● Le Voleur de cadavres

             ● Prince Othon

             ● L’étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde

             ● Enlevé !

             ● Les Mésaventures de John Nicholson

             ● La flèche noire

             ● Le Maître de Ballantrae

             ● Un mort encombrant

             ● Le Trafiquant d’épaves

             ● Catriona

             ● Le Creux de la vague

Nouvelles :

             ● La cave pestiférée

             ● Quand le diable était jeune

             ● Lettres édifiantes de la famille Rutherford

             ● Une chanson ancienne

             ● Will du Moulin

             ● Les Gais Lurons

             ● Les Nouvelles mille et une nuits

             ● Le Club du suicide

             ● Le Pavillon sur la lande

             ● Le Dynamiteur

             ● Veillées des îles

Récits de voyages :

             ● Voyage en canoë sur les rivières du Nord

             ● Voyage avec un âne dans les Cévennes

             ● Les squatters de Silverado

             ● À travers les grandes plaines

             ● L’émigrant amateur