Le petit lecteur

3 minutes de lecture - Dom Juan

Biographie de Molière

⚠️ Acheter le livre sur Amazon (lien affilié) : Dom Juan ⚠️

Le 15 janvier 1622, à Saint-Eustache, naît celui qui devint le « patron des comédiens » Jean Poquelin, le premier du nom, fils de Jean Poquelin, et de Marie Cressé tous deux issus de grandes familles de tapissiers. Après la naissance d’un de ses frères prénommé également Jean, il fut ajouté Baptiste à son prénom.

De 1622 à 1643, Jean-Baptiste Poquelin passe sa jeunesse dans la maison familiale « le pavillon des singes» à Paris. Parallèlement de 1636 à 1641, il étudie au collège Jésuite de Clermont (lycée Louis le Grand) à Paris, il y apprend le latin et la rhétorique et accomplit le cursus de toutes ses humanités. Il poursuit ses études en province (Orléans ou Bourges) et obtint une licence de droit en 1641.

L’année suivante, en 1642, il remplace son père en qualité de tapissier auprès de Louis XIII et suit le Roi en Languedoc. C’est à ce moment qu’il rencontre Madeleine Béjart, comédienne de la troupe de Charles Dufresne.

En 1643, il renonce à perpétrer le travail de son père. La même année, il prend comme pseudo le nom de Molière et signe “l’Illustre Théâtre”. Un échec financier, qui lui a valu deux séjours à la prison du Chatelet, pour dettes.

En 1644, pour la première fois, Jean Baptiste Poquelin, signe Molière sur un acte officiel.

Il s’exile ensuite en province, et ne laisse aucune trace jusqu’en 1648, où on le retrouve dans la troupe Dufresne avec qui il entame une tournée à travers toute la France, jusqu’en 1649. Puis il s’engage dans la troupe de Mle de Brie.

Sa première création « l’Etourdi »voit le jour en 1653 ou peut être en 1655 à Lyon. Molière dirige alors la troupe Dufresne, elle est baptisée «Les comédiens de SAR le Prince de Conti ». En honneur au Prince qui accorde sa protection à toute la troupe jusqu’en 1657, où elle se retrouve sous la protection d’un nouveau « mécène », le duc d’Epernon et change de nom pour «Troupe du duc d’Epernon».

En 1658, Molière renoue avec les frères Corneille rencontrés lors de ses études de droit, et s’installe avec sa troupe à Paris, sous la protection de « Monsieur » le frère du roi, et obtint le titre de «Troupe de Monsieur, frère unique du Roi ». Elle présente devant le Roi une pièce de Corneille « Nicomède » et une farce de Molière «Le dépit amoureux » qui ravit Louis XIV. Le roi accueille alors les comédiens au Petit Bourbon, où les succès s’enchaînent «Les précieuses ridicules” en 1659, puis « Sganarelle ou le Cocu » en 1660.

En 1661, première de la comédie-ballet «Les fâcheux», succès phénoménal, qui emmène la troupe à Vaux le Vicomte devant le roi, lors d’une fête organisée par le surintendant Fouquet.

Le Roi, carrément fasciné, déclare la troupe «Troupe du Roi ». Et si la pièce «Tartuffe » a été interdite, «Dom Juan » fut un nouveau succès. L’attention portée par le Roi à Molière attise jalousies et rivalités, c’est ainsi que «L’école des maris » est attaquée par la critique.

«Tartuffe ou l’imposteur» est tout de même présentée en 1669 devant un public conquis, le théâtre joue à guichet fermé. S’ensuivent «L’avare », «Le misanthrope », «Le bourgeois gentilhomme », puis «Les femmes savantes » et enfin «Le malade imaginaire » pour sa quatrième et ultime représentation, le 17 février 1673, Molière est malade, il résiste et joue afin que les 50 ouvriers qui oeuvrent sur la pièce, soient payés.

Il meurt dans la soirée , excommunié pour n’avoir pu adjurer son métier de comédien, Molière est inhumé civilement au cimetière Saint-Joseph le 21 février 1673.